Les facultes medicales

Cours de médecine, pharmacie et chirurgie dentaire

  • RSS
  • Delicious
  • Digg
  • Facebook
  • Twitter

CONDUITE A TENIR DEVANT UN ÉTAT DÉPRESSIF



I-DÉFINITION : L’état dépressif « ED » est une perturbation de l’humeur dans le sens négatif (celui de la tristesse et de la souffrance intérieure.) Par humeur, il faut entendre « cette disposition affective de base, riche de toutes les instances émotionnelles, qui varie entre les

2 pôles extrêmes du plaisir et de la douleur » (Selon Delay.) L’ED est sans doute le syndrome le plus fréquent en psychiatrie. Il pose essentiellement 3 problèmes

1) Un problème diagnostique car, même si la majorité des ED sont faciles à reconnaître, il existe des formes masquées sous

des aspects inhabituels et inattendus risquant de passer inaperçues.

2) Un problème nosographique, soit réactionnelle, soit survenant sur une structure névrotique ou psychotique.

3)Un problème thérapeutique qui est fonction de la gravité du syndrome et de son cadre nosologique. Toujours est-il que lesED guérissent presque toujours s’ils sont correctement traités.

 

II-DIAGNOSTIC POSITIF : Identifier l’ED: Pour parler d’ED, et non simplement de sentiment ou d’émotion ou d’affection dépressive, Il faut que cette dépression de l’humeur atteigne une durée et une intensité telle qu’elle entraîne des conséquences constatables.

 

™ Sur la vie psychique: Allant de la tristesse à la douleur morale, anhédonie (dégoût de la vie), auto-dévalorisation (doute sur sa propre valeur) et ralentissement des opérations mentales (attention, mémoire, jugement, etc.)

™ Sur la vie somatique: Avec altération du sommeil (insomnie voir hypersomnie refuge), altération de l’appétit (dégoût alimentaire voir anorexie totale = équivalent suicidaire.) et asthénie totale (intelligence, motricité, sexualité, etc.) En plus du syndrome général, il existe des thèmes hypocondriaques délirants, c’est le syndrome de Cotard.

™ Sur la vie relationnelle: Isolement, extériorisation de la tristesse par des cries, pleurs et agitation anxieuse, incapacité à assurer son rôle familial et son activité professionnelle. Il existe de nombreux états dépressifs larvés (masqués) derrière un tableau clinique mono-symptomatique telle une douleur viscérale, une asthénie intense difficilement explicable ou une toxicomanie.

Evaluer la gravité de l’ED: En précisant

 

1-L’intensité du tableau clinique.

2-L’importance des idées de mort.

3-Le cadre nosographique.

 

III-DIAGNOSTIC NOSOGRAPHIQUE :

A-LA DÉPRESSION PRIMAIRELa dépression endogène:

1/ L’accès mélancolique: C’est le plus rare mais aussi le plus grave et le plus typique des ED qu’il faut surtout savoir reconnaître. Il associe douleur morale, inhibition psychomotrice intense et idées de mort actives.

2/ La dépression masquéeL’état dépressif névrotique: C’est une dépression réactionnelle, correspondant à une lutte endogène du névrotique.

B-LA DÉPRESSION SECONDAIRELa dépression psychogène: Secondaire à des événements traumatisants ou à d’autres affections psychiatriques (schizophrénie, délire chronique, etc.) La dépression post-thérapeutique: Surtout due aux Neuroleptiques.

 

IV-CONDUITE A TENIR DEVANT UN ÉTAT DÉPRESSIF : Hospitalisation, car l’ED est une urgence psychiatrique du fait du risque suicidaire important. Dans une chambre commune, éclairée, sous surveillance stricte avec retrait des objets dangereux et fermeture des portes et fenêtres.

Chimiothérapie en cure, par les Antidépresseurs type Anafranil® (Clomipramine) en IV-J1, 1 Amp de 25 mg dans 250 cc de SGI à passer en 3 hrs.-J2 à J4, 2 Amp de 25 mg dans 250 cc de SGI à passer en 3 hrs.-A partir de J5 et pendant 15 à 20 jrs, 3 Amp de 25 mg dans 250 cc de SGI à passer en 3 hrs.-Puis relais oral.Sismothérapie, en cas de chimiorésistance.Psychothérapie de soutien et de réassurance. Surveillance, aussi bien au cours de l’accès qu’à sa fin (queue de la mélancolie) où le risque de passage à l’acte estimportant (lié à la levée de l’inhibition psychomotrice précédant le redressement de l’humeur.)

 


Print Friendly

Popular Posts

LES TRAUMATISMES CR

LES TRAUMATISMES CRANIO-ENCEPHALIQUES       I-INTRODUCTION : Les traumatismes cranio-encéphaliques "TCE" sont en général les ...

EMBOLIE PULMONAIRE

EMBOLIE PULMONAIRE       1 - DEFINITION L’embolie pulmonaire (EP) caractérise l’obstruction totale ou ...

LA SCLEROSE EN PLAQU

LA SCLEROSE EN PLAQUE   I-DEFINITION :  La sclérose en plaque "SEP" est une ...

L'EXAMEN CLINIQUE EN

L'EXAMEN CLINIQUE EN PSYCHIATRIE               I-INTRODUCTION : La psychiatrie est une discipline médicale ...

Les ostéites des ma

  Les ostéites des maxillaires     I. Définition :   L’ostéite est un processus ...

Sponsors