Les facultes medicales

Cours de médecine, pharmacie et chirurgie dentaire

  • RSS
  • Delicious
  • Digg
  • Facebook
  • Twitter

 

Les ostéites des maxillaires

 

 

I. Définition :

 

L’ostéite est un processus inflammatoire du tissu osseux.

Elle est causée le plus souvent par un agent pathogène; et peut évoluer selon un mode aigue ou chronique.

Son aspect clinique varie selon :

 

    -La localisation

 

                   Corticale : ostéite

                   Médullaire : ostéomyélite

                   Périoste: périostite

 

    La présence ou non de suppuration

    -La durée : aigue ou chronique

    -La cause

 

Dans la majorité des cas, elles sont liées à une cause locale bien identifiée : dento-alvéolaire, traumatique, tumorale…

 

II. Les étiologies

 

1/ Cause locale ou régionale:origine infectieux :

 

 – L’organe dentaire

C’est la cause la plus fréquente « pulpite, granulome, kyste périapical,   parodontopathie…»

– Traumatismes maxillo-facial (exp. fracture)

– Tumeurs, bénignes ou malignes

– Origine iatrogène

 Elle est la conséquence d’un geste thérapeutique « exodontie notamment dent incluse, chirurgie des maxillaire… »

 

2/ Cause générale :

 

 Au cours de certaines maladies infectieuses, il peut y avoir une atteinte diffuse du squelette.      

Les ostéomyélites hématogènes ont une origine souvent cutanée (furoncle) ou ORL (angine).

 

3/ Cause exogène :

 

 Physique :

 

– Le réchauffement de l’os par les instruments rotatifs

– Les radiations ionisantes qui sont utilisés dans le traitement des cancers

 

 Chimique :

 

– Intoxication arsenicale, phosphorée, fluorée

 

4/ Cause favorisante

 

– L’âge:

 

 Les ostéites sont plus fréquentes chez l’enfant du fait des éruptions successives qui provoquent des remaniements osseux.

Les personnes âgées présentent une résorption osseuse qui suit l’édentation

 

 – Le terrain:

 

 Certains états morbides prédisposent les patients aux infections qui peuvent revêtir une allure plus grave « diabète, sida, dystrophie osseuse, ostéoporose »

 

III. Les ostéites circonscrites

 

1. Au niveau du rebord alvéolaire :

 

     A/ Les alvéolites:

 

        Ce sont des affections post-extractionnelles, relativement fréquente

        Cliniquement, on décrit deux formes d’alvéolites

 

                 A-1 / Alvéolites sèches

 

       -Elle apparaît une heure après l’extraction

 

     Symptomatologie :

 

        Douleur vives au moindre contact, continue, irradiante à l’hémiface          

 

Clinique :

 

        Un alvéole sec

        Des parois osseuses blanchâtres

        L’os est visible

 

    CAT

 

        Curetage de l’alvéole sous anesthésie locale sans vasoconstricteur jusqu’à saignement

        Rincer l’alvéole avec une solution antiseptique et mettre en place un pansement résorbable à base d’eugénol

        Prescription d’antibiotiques, antalgiques

         

               A-2 / Alvéolites suppurées

 

        2 à 3 jours après l’extraction

        Elle est due à la surinfection de l’alvéole

 

Symptomatologie :

 

   Douleur vive moins intense que la précédente, associée à un œdème des parties molles et un trismus

 

Clinique :

 

        Muqueuse rouge, enflammée saignante

        Les parois de l’alvéole sont comblées par des bourgeons brunâtre, congestifs

        Halitose

 

CAT :

        Curetage sous anesthésie

        Aspetie de l’alvéole

        La prescription d’antibiotique est systématique

 

B/ Le syndrome du septum :

 

C’est une affection du septum dentaire, ce dernier peut être exposé à une irritation locale secondaire (un mauvais point de contact inter dentaire, une obturation débordante, une prothèse traumatisante)

 

 Clinique

 

        La papille inter dentaire s’ulcère, oedématiée

        Os découvert, nécrosé, séquestre

 

Radio

        Septum inter dentaire flou  « Fer de lance »

 

CAT

        Traitement étiologique

        Curetage inter dentaire, lavage à l’H2O2 ou à l’eugénol

 

2 / Ostéite circonscrite centrale

 

Plus fréquente à la mandibule: région PM et symphysaire (structure plus spongieuse)

 

  Clinique :

 

        Signes généraux marqués

        Fistulisation sous mentonnière

        Mobilité dentaire

 

  Radio :

 

        Lésions apicales radio claire

        Zones floues de décalcification osseuse

        Ostéolyse diffuse

 

    CAT :

 

        Antibiothérapie

        Traitement radical ou conservateur

        Drainage de la collection après réchauffement

 

3/ Ostéites circonscrites corticale

 

Elle progresse de la périphérie (cortical) vers la profondeur (médullaire)

Le périoste est la corticale se nécrosent

 

Clinique :

 

        Tuméfaction osseuse douloureuse avec présence de fistule

        Signe de Vincent négatif

        Pas de mobilité dentaire

 

Radio :

        Zone claire de décalcification avec ou sans formation de séquestre

 

CAT :

 

        Antibiothérapie

        Traitement étiologique radical ou conservateur

        Drainage de la collection après réchauffement

         

IV. Les ostéites diffusées :

 

      Appelées aussi « Ostéomyélite »

 

        Extension d’un processus infectieux circonscrit

        Extraction dentaire traumatisante, infection dentaire apicale

        Ou péri coronarite

        Sur le plan clinique et radiologique, ce type d’ostéite évolue selon plusieurs phases:

 

              Phase initiale ou de début

 

        Elle débute par une infection apicale

        Douleurs intenses, irradiante, continue rebelle aux antalgiques

        Dents mobiles

        Le vestibule comblé, soulevé par une masse douloureuse et dure faisant corps avec l’os

        Les signes généraux sont importants

        Le signe de Vincent est positif

        Trismus, adénopathies cervicales

        Pas de signe radiologique

 

            Phase d’état ou de suppuration

 

        Collection purulente avec aggravation des signes cliniques

        Raréfaction osseuse s’installe

        Le rebord basilaire est épais

 

           Phase de fistulisation

 

        Fistulisation cutanée ou muqueuse d’aspect bourgeonnante

        Régression des signes généraux

 

           Phase de séquestration

 

        Disparition des douleurs et des signes généraux

        Tuméfaction et trismus persistant

        Poussées inflammatoires successives avec l’élimination du séquestre osseux

        Os radiologiquement floconneux et séquestre

 

          Phase de réparation

 

        Disparition du processus infectieux

        Régénération osseuse

        Perte des dents, troubles de croissances, déformation osseuse

        Cicatrice rétractile, ankylose temporo mandibulaire

 

V .Les ostéites diffuses

 

1/ Les ostéites diffuses aigues

 

   Clinique

 

        Douleur intense

        Trismus

        État générale altéré

        Peau tendue et rosé

        Mobilité dentaire

        La tuméfaction des deux tables osseuses, envahit les régions jugales, géniennes et sous maxillaires

        Macro polyadénopathies cervico-faciales

        Formation de séquestre

        Signe de Vincent positif

 

   Radio

 

– Zone de déminéralisation floue claire

 

2/ Les ostéites diffuses sub-aigues

 

Clinique

 

        Siégeant au niveau de l’angle mandibulaire

        Fréquente chez l’enfant

        Début insidieux sans signes infectieux nettes

        Tuméfaction des deux tables osseuses, est dure.

 

Radio

 

        Soufflure de l’os

        Raréfaction centrale

        Réaction périoste

        Parfois disparition de la corticale

 

3/ Les ostéites diffuses chronique

 

        Font suite aux formes précédentes maltraitées

        Association de destruction et construction osseuse

 

Clinique :

 

        Tuméfaction mandibulaire

        Œdème des parties molles

        Des poussées douloureuses

        Des signes généraux discrets

        Fistule multiple

        Signe de Vincent positif

        Os de consistance « sucre mouillé »

 

Radio :

 

– Image radio clair géodique

 

4/ Les ostéites diffuses fibreuse hyperplasiques

 

        Elle se manifeste par des hypertrophies pour lesquelles  on envisage une origine dentaire, lorsqu’elles se situent en regard d’une dent mortifiée

 

Clinique

        Signes fonctionnels absents

        L’évolution est très lente

 

Radio

        Image floconneuse

        La biopsie seule peut la différenciée d’une dysplasie fibreuse

 

CAT

        Nécessite l’hospitalisation

        Antibiothérapie intense et prolongée (Intraveineuse)

        Élimination du tissu nécrosé

        Drainage sous antibiotiques

 

VI .Les ostéites de causes générales

 

A/ Ostéites hématogènes « ostéomyélite »

 

A-1/ Ostéomyélite aigue

 

        Plus fréquente chez l’enfant que l’adulte

Clinique

 

        Douleur intense, continue

        Trismus séré

        Adénopathies cervicales inflammatoires

        Tuméfaction osseuse masquée par un œdème des tissus mous

        Peau rouge, tendue et luisante

        Tuméfaction devenue fluctuante en quelques jours

 

Radio

 

        Raréfaction osseuse

 

A-2/ Ostéomyélite chronique

 

    Elle est très rare

        Siégeant au niveau du bord inférieur mandibulaire qui s’hypertrophie

 

Clinique

 

        Asymétrie, trismus

        Jamais de fistulisation

        Peu ou pas d’adénopathie cervicale, ni signes généraux

 

Radio

 

        Réaction périoste

        Zone d’ostéolyse et sclérose

        Épaississement osseux en hauteur et en largeur

        Racines dentaires résorbées

         

VII. Les ostéites spécifiques

 

1/ Ostéites actinomycosique

 

        Se manifeste sous forme de cellulite chronique, le germe responsable est le «l’Actinobactérium israilie »

 

  Radio

 

        Spécifique

 

  CAT

 

        Antibiothérapie dirigée et de longue durée

        Pénicilline G

        Ampicilline ou clindamycine

        Curetage, élimination du séquestre

 

2/ Ostéites mycosiques

 

        Très rare au niveau des maxillaires

        Patient immunodéprimé

        Le germe responsable est le « Candidas Albican »

 

3/ Ostéites syphilitiques

 

– Apparaît comme une tuméfaction inflammatoire

– La sérologie spécifique permettent de poser le diagnostic: TPHA, VDRL

 

  CAT

        Le traitement médical de la syphilis (Pinicillinothérapie) + curetage osseux

 

4/ Osteites tuberculeuses

 

        Début insidieux

        L’examen bactériologique et l’aspect histologique permettent de poser le diagnostic «IDR » à la tuberculine

  CAT

        Traitement médical de la tuberculose (Rifampicine, Ethambutol, Isoniazide, Pyrazinamide) + curetage osseux

 

5/ Ostéite et infection par VIH

 

        La morbidité apparaît supérieure

        Le traitement doit être précoce car l’extension peut être considérable

 

VIII. Les ostéites de causes exogènes

 

1/ Ostéites post-traumatique

 

        C’est une des complications des fractures ouvertes

        La communication peut être

        Primaire ouverte, après un traumatisme

        Secondaire et chronique: infection osseuse  chronique

 

2/ Ostéo-radio nécrose

 

        C’est une lésion ostéolytique due aux radiations ionisantes à forte dose

        Elle apparaît pour des doses égales ou supérieures à 50 Grays

        La nécrose de l’os est du essentiellement à une mauvaise circulation plutôt

 Qu’a l’infection (le tissu devient hypocellulaire , hypovasculaire, hypotoxique), c’est ce que nome MARX  les « 3H » de tissu irradié

        L’ORN prédomine à la mandibule

        Son apparition est imprévisible (quelques mois à quelque années après la radiothérapie)

 

  Clinique :

 

        La lésion peut être asymptomatique

        L’os est dénudé associé quelque fois à la présence de fistule

        Elle peut être accompagnée de: *Douleur d’intensité variable

                                                         *D’un trismus

                                                         *De signes généraux plus ou moins                                                                    importants

3/ La nécrose phosphorée

 

        Rare, elle peut être encore rencontrée après:

 – Une exposition prolongée dans l’industrie explosive

  – Une prise d’anti-parasitaire

   -Une cure de médicaments phosphorés

 

Conclusion :

 

Les ostéites sont des affections graves, mais heureusement rares, Leur rareté est le résultat du traitement préventif, de l’amélioration de l’hygiène buccodentaire et des progrès d’antibiothérapie

 

Print Friendly

2 Responses so far.

  1. jeanne dit :

    impossible en France de trouver un "specialiste" de l'ostéite, ou aller que faire ? j'ai consulté une vingtaine de stomatologues, deux centres d'infectiologie, chacun me renvoie à un autre. je suis prête à partir à l'étranger.
    merci de me répondre.

    • Joséphine dit :

      je viens de découvrir ce 15/06/15 que j'ai subi 3 opérations suite à une ostéite de la mâchoire . c'est une dermatologue-vénérologue qui m'a attiré l'attention suite à des problèmes de mes phanères ongles et peau depuis près de 5 ans. la dermato est en Belgique Dr FREBUTTE à 7050 Erbiseoul . 0032 65 22.58.00 chemin de la Ferme 137- je dois faire une prise de sang et puis on verra la suite. Bon courage Joséphine de Mons Belgique


Popular Posts

LES TRAUMATISMES CR

LES TRAUMATISMES CRANIO-ENCEPHALIQUES       I-INTRODUCTION : Les traumatismes cranio-encéphaliques "TCE" sont en général les ...

EMBOLIE PULMONAIRE

EMBOLIE PULMONAIRE       1 - DEFINITION L’embolie pulmonaire (EP) caractérise l’obstruction totale ou ...

LA SCLEROSE EN PLAQU

LA SCLEROSE EN PLAQUE   I-DEFINITION :  La sclérose en plaque "SEP" est une ...

L'EXAMEN CLINIQUE EN

L'EXAMEN CLINIQUE EN PSYCHIATRIE               I-INTRODUCTION : La psychiatrie est une discipline médicale ...

Les ostéites des ma

  Les ostéites des maxillaires     I. Définition :   L’ostéite est un processus ...

Sponsors