Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Le résidanat
Le résidanat
Caricature médicale
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 289

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Alzheimer fait moins peur aux Français que le cancer
Revue scientifique
Plus de 9 Français sur 10 souhaiteraient connaître leur diagnostic en cas de signes évocateurs de la maladie.

La maladie d'Alzheimer qui touche 6 % des plus de 65 ans est la troisième maladie jugée la plus grave, derrière le cancer et le sida. C'est ce qui ressort d'une étude, présentée mercredi par Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, et menée par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) qui a interrogé aussi bien la population générale que des personnes dont un membre de la famille est touché par la maladie ou des professionnels de santé (médecins, infirmiers libéraux, pharmaciens). L'objectif étant de mieux comprendre l'image sociale que génère la maladie.

La France compte aujourd'hui 850 000 malades d'Alzheimer, dont la moyenne d'âge est de 83 ans. On estime, par ailleurs, que 70 % d'entre eux vivent à domicile. Près de 30 % sont placés en établissement spécialisé, mais cette solution n'intervient pour les familles qu'en tout dernier recours. Et ce pour deux raisons : d'abord, parce que cette décision est douloureuse et culpabilisante pour la famille, ensuite, parce que le coût est très élevé. L'association France Alzheimer chiffre ainsi entre 1 500 et 1 600 euros par mois - une fois les aides perçues -, le montant restant à la charge de la famille pour les malades en établissement.

Aujourd'hui encore, les causes de la maladie restent obscures, même si on sait que l'âge avancé et le sexe féminin sont des facteurs favorisants. Cette dégénérescence du cerveau est extrêmement progressive puisque l'on a calculé que plus de dix ans séparent les tout premiers troubles du diagnostic. Et une fois ce diagnostic porté, la dégénérescence dégrade les fonctions intellectuelles de façon relativement lente, pour atteindre le stade de dépendance totale en trois à sept ans selon les cas.

L'étude dévoilée mercredi montre que les pertes de mémoire ne sont pas nécessairement perçues comme anormales et sont très souvent considérées comme une conséquence inévitable du vieil­lissement. Les troubles liés à la mémoire figurent cependant parmi les signes évocateurs les mieux connus puisque 95 % des sondés pensent qu'avoir des difficultés à se souvenir du chemin pour rentrer chez soi constitue un signe évocateur de la maladie.

Les spécialistes très partagés

Par ailleurs, près de quatre personnes sur dix estiment être plutôt mal ou très mal informées sur cette maladie, et elles sont 79 % à penser que les médias devraient en parler davantage. À titre de comparaison, le cancer fait certes peur, mais la population estime être suffisamment informée. Par ailleurs, l'étude montre que 64 % des personnes interrogées estiment que l'on ne peut rien faire pour guérir une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer. Et malgré la peur importante que suscite Alzheimer, 91 % d'entre elles souhaiteraient connaître le diagnostic si elles en avaient les signes évo­cateurs. Pour ce qui est d'un dépistage précoce, les spécialistes restent très partagés. Cer­tains neu­rologues estiment que plus les médicaments sont prescrits tôt et plus ils pourraient être efficaces. «Même si aucun traitement n'est capable de guérir la maladie, il permet néanmoins d'en ralentir la progression», relève France Alzheimer.

Le problème, c'est que pour l'instant aucun médicament disponible sur le marché n'a véritablement démontré son aptitude à retarder l'évolution de la maladie vers la démence. Seuls quatre médicaments sont commercialisés en France. Ils appartiennent à deux familles : les anticholinestérasiques et les antiglutamates. Par ailleurs, le coût de ces traitements est relativement élevé (80 euros minimum par mois). Dans de telles conditions, on peut se demander à quoi peut réellement servir un dépistage précoce si ce n'est à inquiéter inutilement le malade confronté à un mal pour l'instant incurable.


lefigaro

purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png