Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Châssis métallique
Châssis métallique
Odontologie conservatrice
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 287

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Découverte d'une cause génétique majeure du cancer colorectal
Actualités médicales
WASHINGTON (AFP) - La découverte d'une variation génétique qui accroît considérablement le risque de cancer colorectal devrait permettre d'améliorer la prévention de cette maladie, l'une des principales causes de mortalité dans les pays industrialisés, selon des travaux publiés jeudi.

Des chercheurs américains ont déterminé que cette caractéristique génétique est présente dans 10 à 20% des cas de cancers du colon.

Si une personne en hérite dans le cadre d'une transmission familiale, le risque d'avoir un cancer colorectal est 50% plus élevé au cours de sa vie comparativement à l'ensemble de la population, où ce risque est de 6%, estiment ces cancérologues.

"Cette variation du gène appelé TGFBR1 est probablement la cause génétique la plus courante découverte à ce jour des cancers colorectaux", souligne le Dr Boris Pasche, de l'Université Northwestern à Chicago (nord), principal auteur de ces travaux parus dans l'édition en ligne de la revue américaine Science.

"Nous allons pouvoir identifier un plus grand nombre de personnes présentant un risque élevé de développer ce cancer, ce qui permettra probablement de réduire sur le long terme le nombre de cas et de décès en procédant à des examens fréquents", explique le médecin.

Le cancer du colon est l'un des cancers le plus communs dans les pays industrialisés. Les Etats-Unis enregistrent par exemple 149.000 nouveaux cas et 50.000 décès par an et cette maladie y est la seconde cause de mortalité par cancer.

Dans le monde, ce cancer frappe un million de personnes chaque année.

Cette variation du gène TGFBR1 entraîne une diminution de la production d'un récepteur clé (TGF-beta) qui est le plus puissant frein à la croissance des cellules.

Lorsque diminue la production de cette substance essentielle pour empêcher la croissance cellulaire, les cellules du cancer du colon peuvent aisément se multiplier, précisent les chercheurs.

Chaque individu hérite de deux exemplaires des gènes TGFBR1, l'un transmis par le père et l'autre par la mère, qui produisent normalement la même quantité de TGF-beta bloquant la multiplication cellulaire.

Le Dr Pasche et son équipe avaient découvert ce trait génétique spécifique en 1998 et l'année suivante ils avaient pu la lier à un risque accru de cancer du colon.

Leurs nouveaux travaux montrent pour la première fois qu'une diminution de la production du récepteur de TGF-beta est présente chez 10 à 20% des patients atteints d'un cancer du colon comparativement à seulement 1 à 3% dans le groupe de contrôle de personnes saines.

Toutefois ces résultats, qui s'appuient exclusivement sur une population blanche, doivent être confirmés par des recherches sur d'autres groupes qui pourraient révéler d'importantes variations entre différentes ethnies, note le Dr Pasche.

Ces médecins s'attendent à ce que des essais cliniques soient bientôt entrepris pour mettre au point un test permettant de détecter cette mutation génétique.

"Il est possible que des tests capables de détecter ce défaut génétique fassent partie un jour des examens de routine pour évaluer le risque de cancer du colon", prédit le Dr Albert de la Chapelle, de l'Université d'Ohio (nord), co-auteur de cette étude.

Mais "nous devons aussi déterminer la cause moléculaire de cette différence pour la corriger et peut-être éliminer ce risque", ajoute-t-il.

Le cancer du colon est la conséquence de plusieurs facteurs dont le régime alimentaire, les gènes et le mode de vie.

On estimait jusqu'alors que le facteur génétique était responsable d'environ 5% des cancers colorectaux mais le fait que de 20 à 30 des personnes diagnostiquées aient eu des cas dans leur famille laisse penser que les gènes jouent un rôle beaucoup plus grand, indiquent ces cancérologues.

Pour conduire leur étude, ils ont analysé les globules blancs de 138 malades atteints d'un cancer du colon et de 105 personnes saines.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png