Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Coeur 01
Coeur 01
Fiches d'anatomie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 126

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Découverte d'un gène responsable de la goutte
Recherches médicales
Une majorité de personnes touchées par cette maladie articulaire sont porteuses d'une mutation d'un gène impliqué dans le métabolisme de l'acide urique.

La goutte est connue depuis plus de deux mille ans, mais son origine génétique restait mystérieuse. Pour la première fois, une mutation responsable de la maladie vient d'être identifiée par des chercheurs américains à Baltimore. Elle permet d'expliquer la cause de la goutte, connue depuis le XIXe siècle, à savoir une concentration excessive d'acide urique dans le sang. Ce composé est un déchet du métabolisme qui finit par s'accumuler sous forme de cristaux dans les articulations et les reins, provoquant alors de redoutables douleurs articulaires et des calculs rénaux.

Plusieurs indices indiquaient une origine en partie génétique, notamment le fait que dans près de 20 % des cas la goutte est déjà présente dans la famille, et que des formes précoces peuvent se déclarer au début de la vie adulte. Pour isoler la mutation responsable, les généticiens de la John Hopkins Medical Institution ont utilisé les moyens les plus modernes. Ils ont passé au crible le génome de milliers d'individus pour déceler un lien entre de très petites variations réparties sur leur ADN, appelées SNP (pour Small Nucleotide Polymorphism), et des taux élevés d'acide urique dans leur sang. Cette étude d'association génétique sur génome entier a payé : elle a permis à l'équipe de Baltimore de repérer un gène nommé ABCG2 sur le chromosome 4 portant une variation plus fréquente chez les personnes malades.

Les chercheurs ont ensuite injecté ce gène dans des cellules pour étudier la fonction de la protéine qu'il code. Cette méthode leur a permis de déterminer non seulement que cette protéine est un transporteur de l'acide urique dans le rein mais que la mutation repérée dans le gène fait chuter de moitié son efficacité. «Dans ce travail, souligne Frédéric Lioté, professeur à l'hôpital Lariboisière à Paris, l'élément impressionnant est que la fonction du gène et celle de son variant sont parfaitement démontrées.»

La mutation cause ainsi une diminution de l'excrétion d'acide urique par les reins, symptôme retrouvé dans 90 % des cas de la maladie et qui augmente fortement les risques de la développer. De plus, les auteurs ont découvert que comparé aux populations d'origine européenne, les personnes d'origine asiatique portaient trois fois plus souvent la mutation. Coïncidence troublante quand on sait qu'aux États-Unis elles sont également trois fois plus souvent sujettes à la maladie. D'après leurs calculs, les auteurs estiment que la mutation serait directement responsable d'au moins 10 % des cas de goutte chez les Américains d'origine européenne.

Régime alimentaire adapté

Cette découverte ne devrait pas modifier dans un proche avenir la prise en charge des patients, car il existe déjà des médicaments efficaces pour supprimer les symptômes de la goutte. «Le problème est plutôt dans l'observance des traitements qui doivent être maintenus à vieet qui ont parfois leurs limites quand ils sont peu compatibles avec les autres pathologies présentées par les malades», note le Pr Lioté.

Le traitement efficace consiste à suivre un régime alimentaire adapté. Les mets riches en acides nucléiques, éliminés sous forme d'acide urique, tels que les viandes ou la bière, doivent être évités. Les apports en fructose, un sucre souvent présent dans les sodas qui interfère avec l'excrétion de l'acide urique, doivent également être surveillés.

Pierre Kaldy - Le Figaro

purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png