Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Mésothéliome
Mésothéliome
Pneumologie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 111

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
le cancer chez les utilisateurs de l’insuline Lantus
Revue scientifique
Suite à la rumeur faisant état de risque de cancer chez les utilisateurs de l’insuline Lantus
Les hautes autorités sanitaires rassurent

Des patients diabétiques sont pris de panique depuis la publication par la presse nationale d’articles faisant état d’études concernant un possible lien entre la prise de Lantus et le risque de développer un cancer.


Les diabétologues et les généralistes sont pris d’assaut par leurs patients pour demander conseil. Certains d’entre eux ont même interrompu leur traitement, ce qui peut être, selon les spécialistes, fatal pour eux. L’autorité sanitaire américaine (FDA) reste sceptique face à ces études, qui, selon elle, font un rapprochement trop rapide entre la prise du médicament et la hausse des cancers. La FDA explique, en effet, que le suivi des patients en observation n’avait pas été assez long pour que les conclusions soient robustes. La FDA a ajouté que les patients ne doivent pas cesser de prendre le Lantus en cas de diabète sans consulter leur médecin auparavant. L’agence européenne, l’agence française (AFSAPS) et la Société francophone de diabétologie demandent une évaluation plus approfondie des résultats des quatre études publiées par la revue officielle de l’Association européenne des études sur le diabète, Diabetologia dans sa version électronique du 26 juin 2009, recommandant aux patients de ne pas interrompre leur traitement. « L’Agence européenne des médicaments (EMEA) procède à l’analyse approfondie de ces données. Dans l’attente des résultats, et compte tenu de données discordantes voire contradictoires entre ces études, aucune conclusion ne peut être apportée », souligne l’agence française dans un communiqué rendu public. La Société algérienne de diabétologie a, de son côté, adressé une correspondance le 2 juillet à tous les praticiens, les informant de tout ce qui s’est dit à propos de ces études. « j’invite tous les médecins à redoubler d’effort pour rassurer leurs patients et répondre à leurs inquiétudes en leur expliquant les tenants et les aboutissants de cette rumeur qui s’apparente avant tout à une tempête dans un verre d’eau », écrit le Pr Khalfa, président de la Société algérienne de diabétologie.

La lettre revient en détail sur les quatre études et les éléments d’analyses. « Ce sont toutes des études rétrospectives où les renseignements ont été puisés à partir de registres et de bases de données avec tout ce que cela peut comporter comme insuffisances (informations manquantes), car il est bien connu qu’une étude rétrospective à partir d’archives ne peut avoir la puissance statistique d’une étude prospective de suivi bien conduite. L’autre limite de ces études est liée au critère primaire retenu, à savoir le cancer qui est une pathologie multifactorielle où de très nombreux facteurs sont impliqués dans la carcinogenèse. Et avant d’incriminer un facteur donné (la glargine dans ces études), il convient de faire des analyses multivariées très fines pour déterminer la part respective de chacun des facteurs de risque. Ce type d’analyse n’est possible que si tous ces facteurs sont listés dans le protocole, ce qui est loin d’être le cas dans les 4 études du fait de leur caractère rétrospectif », explique la Société algérienne de diabétologie. Selon le président de l’Association européenne d’étude du diabète (EASD), le Pr Smith, l’étude suédoise rétrospective (analyse de milliers de dossiers cliniques) montre que seuls les patients sous Lantus ® voient doubler leur risque de développement du cancer du sein, sans augmentation du risque pour d’autres cancers ou lorsque la glargine est associée à d’autres insulines. Par contre, l’étude écossaise, selon le Pr Gale, rédacteur en chef de Diabetologia, montre des différences trop légères pour être significatives. Une troisième étude de cohorte, menée en Allemagne et portant sur 127 031 diabétiques, « retrouve une augmentation du risque de cancer (dont la nature n’est pas renseignée) avec toutes les insulines » et non uniquement avec la glargine.

A l’inverse, une quatrième étude, réalisée au Royaume-Uni sur moins de onze mille patients (10 067), « ne montre pas d’augmentation du risque pour des cancers, tels que celui du sein, du pancréas, de la prostate et le cancer colo-rectal. Ces résultats sont donc plutôt contradictoires et nécessitent des explorations complémentaires. Les professeurs Smith et Gale insistent d’ailleurs sur le fait que ces larges études sont difficiles à interpréter, qu’aucune ne permet de tirer des conclusions, qu’il ne faut pas être « alarmiste » et surtout que l’insuline et ses dérivés ont fait leurs preuves dans le traitement du diabète. Ils rappellent que même si le risque augmente, il s’agit d’« un ou deux cas supplémentaires pour 1000 patients », ce qui est faible. En réponse à ces études, Sanofi-Aventis, le laboratoire qui commercialise ce produit, a garanti par communiqué « la bonne tolérance de Lantus » et précise que les « résultats de ces registres ne sont pas concluants sur une quelconque relation de causalité entre le traitement par Lantus® (insuline glargine) et la survenue de tumeurs cancéreuses », affirmant que « le groupe continuera de surveiller rigoureusement la sécurité de Lantus en étroite collaboration avec les autorités de santé et les experts scientifiques ». L’Afssaps affirme de son côté que l’Agence européenne des médicaments (EMEA) poursuit son évaluation des résultats de ces études et de toutes les données disponibles, ainsi que celles apportées par le laboratoire Sanofi-Aventis sur le profil de risque de l’insuline glargine. Elle ajoute que « plusieurs points feront l’objet d’une analyse approfondie, notamment le rapport avec la dose administrée, la durée des études et le rôle des autres facteurs de risque du cancer du sein et d’autres cancers (âge, tabac, indice de masse corporel...) ».


el watan


purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png