Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 336

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Douleurs céphaliques rebelles : anesthésie et stimulation nerveuses à l’étude
Actualités médicales
Le principe d’application du blocage nerveux périphérique dans la prise en charge de la douleur est fondé sur l’action sélective des anesthésiques locaux, à dose faible, sur les fibres sensitives des nerfs mixtes, épargnant la composante motrice. La durée du bloc induit dépend de la dose utilisée et de la pharmacocinétique de chaque produit.

Mais une persistance de leur action, bien au- delà des délais prévus, est couramment observée, pouvant atteindre plusieurs semaines. De plus, le blocage des nerfs de la tête et du cou, impliqués dans la genèse des céphalées et névralgies, exerce un effet calmant de la douleur en dehors des zones de l’innervation correspondante. Ces propriétés n’ont, d’ailleurs, pas encore d’explication pleinement satisfaisante.

Parmi les anesthésiques locaux utilisés, amides et esters, la bupivacaïne est la plus puissante. Elle peut s’injecter seule ou en association à la lidocaïne à 1 %.

Le bloc du nerf grand occipital ou nerf d’Arnold a des indications dans les névralgies occipitales, les céphalées d’origine cervicale rebelles, les douleurs post PL, ainsi que dans la prophylaxie des algies vasculaires de la face, sachant que l’effet d’une injection persiste au moins 4 semaines et qu’il s’exerce sur la douleur et l’allodynie. Plusieurs travaux ont été consacrés à ces applications mais les effectifs sont faibles, atteignant à peine 20 patients dans la plupart des cas. Il y aurait donc place pour des essais contrôlés de grande envergure.

Plusieurs autres points d’impact possibles du bloc anesthésique sont évoqués (auriculo-temporal, supra- orbital ...) ainsi que l’atteinte du ganglion sphéno-palatin, par application nasale de lidocaïne à 4 %, éventuellement pratiquée par le patient lui-même, proposée dans le traitement des algies vasculaires de la face résistantes. Cette dernière technique paraît avoir un certain succès, comme le montrent plusieurs travaux, mis à part les résultats d’une étude de 1995, portant sur 30 patients.

Les relations entre mécanismes d’action périphériques et centraux mis en jeu restent obscurs mais, dans la réduction de la douleur aiguë, une diminution des influx afférents, une baisse de l’activité du noyau caudal du trijumeau et de la partie supérieure de la corne médullaire dorsale et une limitation de la transmission nerveuse à partir de la première synapse des voies nociceptives, contribuent certainement à la modulation de la perception de la douleur, en dehors même du territoire de l’innervation ainsi qu’à une élévation du seuil de transmission nociceptive.

Les travaux sur la stimulation nerveuse percutanée ou transcutanée, par implantation d’électrodes, sont plus anciens. En 1999, cette technique avait été utilisée chez 13 patients présentant des névralgies occipitales et céphalées chroniques rebelles, et on avait montré que les 2/3 de l’échantillon avaient été soulagés à 75 %, tandis que le 1/3 restant notait une amélioration de plus de 50 %. La stimulation du grand nerf occipital est la plus courante dans les névralgies occipitales résistantes, mais les travaux spécifiques sont, là encore, trop réduits et trop rares.

Bien que ces techniques, surtout le blocage anesthésique périphérique, semblent être un recours possible dans certaines formes réfractaires de douleurs céphaliques, leur efficacité doit être confirmée par des essais contrôlés bien conçus. Le bloc du grand nerf occipital, le plus fréquemment pratiqué, applicable dans certaines névralgies occipitales, migraines chroniques et algies vasculaires, est bien toléré et relativement facile à réaliser en cabinet.




JIM


purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png