Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 142

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Les erreurs médicales atteignent un seuil alarmant
Revue scientifique
500 plaintes devant la justice


Les erreurs médicales sont devenues monnaie courante dans nos structures de santé et les témoignages, relatant de graves cas d’inadvertance, voire de négligence, abondent. En l’espace de trois ans, l’Ordre des médecins a recensé près de 200 cas reconnus de fautes médicales. Beaucoup plus, selon le comité SOS erreurs médicales qui avance un chiffre de 500 pour la même période. Toutefois, ces données sont bien en deçà de la réalité, rares étant les victimes à revendiquer leur droit. Les raisons en sont multiples : fatalisme, peur ou résignation. De même, la plupart des citoyens restent ignorants des procédures judiciaires et administratives, très lourdes du reste. Et même lorsque des affaires sont portées devant la justice, rares sont celles qui aboutissent à une condamnation ou à un dédommagement.


Il se forme entre le médecin et son client un véritable contrat comportant, pour le praticien, l’engagement de donner des soins attentifs, consciencieux, sous réserve de circonstances exceptionnelles, conformes aux données acquises de la science ; la violation, même involontaire, de cette obligation contractuelle est sanctionnée par une responsabilité de même nature, également contractuelle. » (Arrêt Mercier, 20 mai 1936). Telle est, selon le droit médical, la description du lien qui unit un médecin et son patient. Pourtant, ce « contrat », tant moral que civil, n’est pas toujours respecté. Certains praticiens, par inadvertance, négligence, incompétence ou tout simplement par manque de chance, foulent aux pieds les règles basiques de la déontologie médicale. Et ce sont les malades qui payent les frais de ces erreurs ou fautes médicales. Les nombreuses histoires régulièrement relatées à ce sujet peuvent en attester : elles sont devenues monnaie courante dans nos structures de santé, qu’elles soient publiques ou privées. Les témoignages sont édifiants et renseignent du peu de cas parfois fait quant à la vie des Algériens. « Mon bébé est décédé suite à une négligence médicale dans une clinique privée », raconte Mme B. Wassila. Admise le 26 juillet dernier dans une clinique privée de la banlieue algéroise, la jeune femme, pourtant « en très bonne santé », a connu le début du calvaire lorsque, durant l’accouchement, elle est prise d’une forte fièvre et de vomissements.

Une facture trop lourde…

L’on pourrait s’attendre à ce qu’une clinique privée, qui pratique les prix que l’on sait, prenne en charge ces maux « bénins ». Pourtant, la réalité est tout autre. « Le médecin m’a remis deux comprimés de paracétamol et une bouteille d’eau, en disant à l’infirmière : "Il n’y a rien dans cette clinique." Il a décidé de pratiquer l’accouchement (péridurale et forceps) sans m’avoir administré d’antibiotiques ou autre traitement », relate-t-elle. La délivrance se passe tant bien que mal et Wassila donne naissance à une petite fille, Amalya. Seulement, plus grave, il n’y a aucun pédiatre dans l’établissement afin de s’assurer de la bonne santé du nouveau-né. « L’enfant est née à 5h et la pédiatre n’était présente à la clinique que 8 heures après. Constatant que la petite était légèrement souffrante, elle quitte pourtant les lieux sans se soucier de l’état de santé du bébé qui se dégradait. » Durant la nuit, la direction de la clinique décide d’évacuer la petite Amalya vers l’hôpital Mustapha, où malgré les soins de réanimation qu’elle reçoit, elle rend l’âme. Comble du mépris et de l’inhumanité ? « Malgré sa responsabilité, la clinique a exigé le paiement de la facture d’un montant de 45 000 DA, et ce, sans s’enquérir, dans un premier temps, de l’état de santé de ma fille ni même présenter des condoléances », s’insurge Wassila, qui s’interroge : « Comment des cliniques privées peuvent pratiquer des accouchements sans la présence de pédiatre et en ne fournissant aucune explication quant à ces états de négligence avérée ? »

Donner la vie ou la risquer ?

Force est de constater que ces dernières années, donner naissance est devenu une réelle prise de risques au vu du nombre « d’accidents » enregistrés dans les services de maternité. Mauvais suivi de la parturiente durant le travail ainsi que de l’enfant, prise de décision tardive dans certains cas, manipulation approximative et violente des forceps, gestes mal assurés et maladroits des délivreurs ou encore oubli de compresses dans la plaie après la suture. Les séquelles de ces « mauvais traitements » sont parfois désastreuses, voire irrémédiables. Elles vont, dans les meilleurs des cas, de l’infection plus ou moins grave au décès de la mère ou du nouveau-né, en passant par différents handicaps et la stérilité. Il a été constaté, depuis quelques années, une systématisation du recours à la césarienne, avec les complications potentielles que cette intervention présente, et ce, même lorsque l’accouchement par voie basse est sans danger. Comment expliquer ce que d’aucuns qualifient de « dérives » ? « Cela ne concerne pas uniquement les maternités, mais c’est, plus globalement, en matière de chirurgie que le plus grand nombre d’erreurs médicales sont commises. Et ce, en raison du caractère définitif des actes pratiqués dans les blocs opératoires. De ce fait, les dommages occasionnés sont les plus préjudiciables », avance le professeur Mohamed Bekkat-Berkani, président du Conseil national de l’ordre des médecins. Effectivement, les bavures médicales peuvent être commises dans n’importe quel service. Dans ce registre d’ailleurs, la négligence est commune aux structures publiques et aux cliniques privées. L’on garde tous en mémoire les circoncisions collectives tournant au drame, mutilant à vie des dizaines de petits garçons, ou encore les récits de personnes ayant pâti d’une erreur de diagnostic ou de traitement. De même, des familles ont été endeuillées parce que le personnel médical avait tout simplement « oublié » d’administrer certains médicaments à des malades chroniques, diabétiques, hypertendus ou autres. L’on entend souvent dire que l’on entre à l’hôpital sur ses pieds et que l’on en ressort dans un cercueil. En Algérie, la boutade est cruellement devenue réalité…

el watan


purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png