Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 281

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Trop peu de médicaments adaptés aux enfants
Actualités médicales
Faute de préparations spécifiques, les hôpitaux et les médecins font de fréquentes erreurs de prescriptions et de dosages.

Dose erronée, préparation incorrecte, injection intraveineuse au lieu d'une prise par voie orale… Faute de médicaments spécifiquement adaptés aux enfants, il y a de nombreux couacs dans les traitements en pédiatrie, selon une vaste enquête menée dans cinq hôpitaux de la région de Londres. Les médecins font 13,2 % d'erreurs dans leurs prescriptions et 19,1 % des médicaments sont administrés de façon incorrecte par le personnel soignant, conclut le Dr Ian Wong (University College of London) dans son article publié dans la revue Archives of Diseases in Childhood. Une situation édifiante mais qui n'a rien de spécifique à l'Angleterre, selon les praticiens interrogés par Le Figaro.

En attendant les effets du règlement européen pour les médicaments pédiatriques adopté fin 2006, les pédiatres hospitaliers doivent encore souvent «bricoler» des produits destinés aux adultes pour soigner leurs petits malades. Car beaucoup de produits n'ont pas de présentations et de dosages adaptés aux enfants et aux nourrissons. Ian Wong et ses collègues ont conduit leur enquête en 2004-2005 dans une dizaine de services de pédiatrie de cinq hôpitaux, universitaires ou non. En deux semaines de suivi par service, 391 erreurs ont été recensées sur un total de 2 955 prescriptions.

Manipulations hasardeuses

Dans 41 % des cas, il s'agissait d'une ordonnance incomplète, où n'était par exemple pas spécifiée la dose ou la voie d'administration du médicament. Plus d'une fois sur dix, la dose prescrite était incorrecte. Les auteurs rapportent ainsi le cas d'un nourrisson de six mois à qui le médecin avait ordonné une dose de morphine 50 fois supérieure à la normale… De telles erreurs potentiellement fatales sont cependant rares, selon le Dr Wong, qui estime que dans la plupart des cas, le malade ne court pas de gros risque. Parallèlement, sur 2 250 administrations de médicaments, plus de 400 problèmes ont été détectés : préparations incorrectes de produits injectables, vitesse ou horaire d'injection inappropriés, doses fantaisistes… En cas d'erreur potentiellement grave, la pharmacienne inspectrice la notait et intervenait discrètement pour la rattraper.

En France, des études menées par le Pr Françoise Brion (pharmacienne à l'hôpital Robert-Debré, Paris), rendues publiques fin 2004, avaient fait un constat assez proche. Des problèmes d'horaires, des erreurs d'administration ou de dose étaient retrouvés. Et une enquête dans une quinzaine d'hôpitaux avait confirmé que les infirmiers étaient souvent contraints à des manipulations hasardeuses : dilution des ampoules, comprimés coupés et broyés artisanalement…

«Depuis, la situation n'a pas vraiment évolué, il y a même eu quelques suppressions de produits pédiatriques, soupire le Pr Brion. Mais le règlement européen devrait commencer à produire des effets à partir de 2010.» Pédiatre-réanimateur et pharmacologue, le Pr Jean-Marc Treluyer (hôpital Cochin et Necker, Paris) confirme les difficultés au quotidien. «Beaucoup des produits injectables utilisés en réanimation pédiatrique doivent être dilués, ce qui entraîne un risque non négligeable d'erreur ou au moins d'imprécision, explique-t-il. C'est le cas par exemple de l'adrénaline, ce médicament d'urgence n'a pas de spécialité pédiatrique. La dilution nous fait prendre des risques et perdre du temps.»

Pour prévenir les accidents, de plus en plus d'hôpitaux mettent en place des systèmes de surveillance des prescriptions et d'autocontrôle des pratiques. À l'AP-HP, un dispositif informatisé (Osiris) a été créé pour que le personnel signale, éventuellement de façon anonyme, tous les événements indésirables rencontrés. Cet outil institutionnel a pour objectif de développer la culture du risque et les bonnes pratiques, mais «les hôpitaux se le sont plus ou moins approprié», relève le Pr Brion.

lefigaro.fr
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png