Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 146

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Très grande prématurité : la PPC nasale est une alternative à l’intubation systématique
Recherches médicales



Les très grands prématurés (de terme <28 semaines) ont besoin d’un soutien respiratoire dès qu’ils naissent. Une pression positive continue par voie nasale (PPCn) peut éviter à certains d’entre eux une intubation trachéale pour instillation de surfactant, qui implique une ventilation mécanique.


L’essai multicentrique SUPPORT (1) évalue l’impact des traitements respiratoires initiaux (PPCn ou intubation), ainsi que des objectifs de SaO2 (valeurs basses ou plus hautes), sur le devenir à court terme de 1 316 prématurés de 24 à 28 semaines moins un jour.


Après randomisation per partum, il était prévu de mettre en PPCn, avec ou sans ventilation, 663 sujets, en utilisant divers dispositifs, et d’en intuber 653 pour leur administrer du surfactant avant H1. En fait, parmi les sujets assignés à la PPCn, un tiers a été intubé à la naissance et deux tiers ont reçu du surfactant avant H48.


En intention de traiter, la PPCn n’a pas entraîné plus de décès en cours d’hospitalisation ou de dysplasies broncho-pulmonaires à 36 semaines d’âge corrigé.


La fréquence des évolutions défavorables (décès+dysplasie) s’élevait à :

- 47,8 % dans le groupe « PPCn » versus 51,0 % dans le groupe « intubation » (p=0,30) quand la dysplasie était définie par une FiO2 >30 %, une assistance respiratoire ou l’impossibilité d’un sevrage de l’oxygène pour les FiO2 <30 %, à 36 semaines.

- 48,7 % dans le groupe « PPCn » versus 54,0% dans le groupe « intubation » (p=0,07), quand la dysplasie était définie par une oxygéno-dépendance à 36 semaines.


Considérés isolément, les décès et les dysplasies broncho-pulmonaires avaient aussi des fréquences similaires dans les deux groupes.


La PPCn n’a pas entraîné plus de complications de la grande prématurité hors dysplasie : rétinopathies sévères, hémorragies intraventriculaires sévères, entérocolites ulcéro-nécrosantes, ou canaux artériels ligaturés.


Enfin, contrairement à ce qui avait été noté dans l’essai COIN (2), la PPCn, réglée à 5 cm d’eau, n’a pas provoqué plus de complications liées à un emphysème interstitiel pendant les 14 premiers jours de vie, et en particulier pas plus de pneumothorax.


Il n’y a pas eu d’interaction entre les interventions respiratoires et les objectifs d’oxygénation.


Au total, la PPCn précoce n’assombrit pas le devenir à court terme des enfants de 24 à 28 semaines. Faut-il pour autant la préférer à l’intubation en salle de naissance ? Sans parler de ceux dont l’état nécessite une réanimation, tous les très grands prématurés ne répondent pas à la PPCn.


Ceci dit, certains résultats de SUPPORT suggèrent qu’une PPCn efficace procure des avantages :

- 17 % des sujets du groupe « PPCn » n’ont jamais été intubés,

- les traitements respiratoires étaient moins lourds dans le groupe « PPCn » : ventilation mécanique plus brève, en moyenne, et corticothérapie pour dysplasie moins fréquente que dans le groupe « intubation »,

- Enfin, la mortalité intra-hospitalière des 24-25 semaines était plus faible dans le groupe « PPCn » (23,9 % versus 32,1 % ; p=0,03), mais il s’agit d’une analyse post hoc.


Dans l’éditorial consacré aux deux volets de SUPPORT (3), CJ Morley, premier auteur de l’essai COIN, considère que, globalement, la balance penche du côté de la PPCn en première intention, et qu’il faut désormais essayer d’identifier les enfants chez lesquels cette technique ne marchera pas, afin de les intuber à la naissance et de leur instiller du surfactant sans délai.

JIM
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png