Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 334

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Les techniques pour rajeunir le regard
Actualités médicalesDe moins en moins invasive, la chirurgie est souvent complétée par des méthodes plus légères.

Paupières tombantes ou pochées, rides du pourtour des yeux… À partir de la quarantaine, c'est d'abord au niveau du regard que se font sentir les affres du temps. Le rajeunissement des paupières est d'ailleurs souvent la première intervention de chirurgie esthétique demandée par les patients. Outre les opérations classiques (blépharoplasties) et les liftings, il existe désormais de nombreuses autres options pour rajeunir le regard: microgreffes de tissu graisseux, produits de comblement, lasers, peeling ou encore injections de toxine botulinique.

«Aujourd'hui, les praticiens savent mieux analyser la morphologie du visage, ce qui permet une approche de plus en plus personnalisée. Globalement, la chirurgie est moins invasive, et elle est souvent complétée par des méthodes plus légères» , synthétise le Dr Serge Morax, spécialiste en chirurgie plastique et reconstructrice de la région péri-oculaire (Fondation Rothschild, Paris) et organisateur d'une récente journée de conférences sur ce thème.

Parmi les techniques qui ont le vent en poupe, la lipostructure, qui consiste à prélever de la graisse par liposuccion, et à la déposer (après préparation) sur les zones du visage qui ont perdu de leur volume. «Ce ne sont pas des injections mais des microgreffes. Les résultats sont prouvés et durables, précise le Dr Frank Trepsat, chirurgien plasticien en Suisse et l'un des pionniers de cette technique. En douze ans d'expérience, je n'ai pas eu de réelle complication.» Encore faut-il être pris en charge par des mains expérimentées et compétentes.

Quant aux injections de produits de comblement et de toxine botulique, elles suscitent aussi beaucoup d'engouement, mais leur maniement reste délicat. Fabriquées à base d'une neurotoxine bactérienne, les toxines botuliques (dont la plus connue est le Botox) sont de plus en plus nombreuses sur le marché. Elles agissent en paralysant des nerfs moteurs.

«La toxine botulique est devenue un traitement incontournable au niveau palpébral, tant en esthétique que pour des pathologies comme le strabisme ou des séquelles de paralysie faciale, explique le Dr Hadia El Gharbi (hôpital Rothschild), qui relève au total une quarantaine d'indications médicales. Les résultats peuvent être très satisfaisants et permettre d'éviter des actes chirurgicaux, mais ils sont opérateurs dépendants. » Les patients doivent être avertis que les injections sont à répéter deux fois par an, et des risques d'effets secondaires : ptosis (chute de la paupière supérieure), sécheresse cornéenne…

80 produits commercialisés

L'offre est aussi pléthorique pour les produits de comblement, destinés à remplir des rides ou des zones faciales qui manquent de volume. Environ 80 produits sont commercialisés en France, et 600.000 seringues sont vendues annuellement. «Des injections peuvent être pratiquées dans différentes zones y compris au niveau des lèvres. La patte-d'oie relève plutôt d'un traitement par toxine botulique», précise le Dr Renata Migliardi (Turin). Comme les autorités sanitaires, elle recommande de privilégier les produits résorbables, tels les acides hyaluroniques, qui durent 6 à 18 mois. «Les produits permanents, à base de silicone, doivent être oubliés, du fait des réactions immunogènes qu'ils entraînent», insiste le Dr Migliardi. Ils peuvent être à l'origine de réactions tardives graves telles que des granulomes, voire des nécroses.
lefigaro.fr
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png