Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Coeur 02
Coeur 02
Fiches d'anatomie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 138

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Lorsque le jeu bascule du plaisir à la maladie
Actualités médicalesQuand le jeu n'est plus un plaisir mais un besoin, voire une addiction, il peut avoir des conséquences dramatiques sur la vie du joueur. C'est pourquoi trois spécialistes viennent d'écrire un livre* sur ce problème et les solutions possibles. Avant de détailler les pathologies, le Pr Michel Reynaud et le Dr Abdou Belkacem (hôpital Paul-Brousse à Villejuif) ainsi que le Pr Jean-Luc Venisse (CHU de Nantes) insistent néanmoins sur le côté positif du jeu. "Les jeux mettent en oeuvre tous les niveaux de plaisir, du plaisir archaïque, tel que gagner, à des plaisirs plus élaborés, comme celui d'échanger des émotions avec les autres", précisent les auteurs. "Le jeu remplit une double fonction psychique et sociale. Il permet à l'individu de se distraire dans un monde imaginaire tout en exprimant sa propre créativité." Le point sur les dangers d'une conduite addictive.

Quand le jeu devient-il pathologique ?

À partir du moment où une personne - le plus souvent un homme de 35 à 55 ans et ayant des ressources faibles - utilise le jeu comme "une stratégie d'adaptation alternative" pour ne pas avoir à faire face aux problèmes quotidiens, aux ennuis et aux sources de stress. Le "jeu pathologique" pourrait être le fruit d'une "mauvaise rencontre" entre un individu fragile, insatisfait, et une offre commerciale aguichante. Certains produits semblent plus addictifs que d'autres. C'est notamment le cas de jeux de hasard et d'argent.

Quelles sont les conséquences sur la vie du joueur ?

Lorsque le joueur réalise qu'il perd son argent, il tente à tout prix de se refaire. Pour arriver à ses fins, il peut mentir à son entourage pour qu'il lui prête des sommes plus ou moins importantes, voire finir par basculer dans la délinquance (surendettement, interdits bancaires, fraude, vol). Cette course effrénée au gain aura des conséquences à tous les niveaux : psychologiques (du type dépression), physiques (avec une altération du rythme de vie), familiaux et socioprofessionnels.

De plus, 25 à 65 % des joueurs pathologiques consomment ou abusent de l'alcool, et beaucoup fument.

Existe-t-il des traitements ?

D'abord, pour être aidé, un joueur doit consulter un médecin. Or c'est en général le cas très tardivement, bien souvent quand il est totalement désespéré.

Les spécialistes précisent que rien ne sert alors de prôner l'abstinence totale au jeu puisque celui-ci est une activité innée de l'être humain. Mieux vaut dans un premier temps tenter de limiter les conséquences néfastes de cette addiction, essentiellement psychologiques et financières. La dépression pourra être combattue avec un traitement médicamenteux. En parallèle, le patient devra bénéficier d'une psychothérapie ou participer à un groupe de parole. Enfin, des mesures de contraintes financières (interdits de casino, interdits bancaires, mesures de protection) permettront de limiter les effets sociaux néfastes inhérents aux jeux de hasard et d'argent.

Que peut faire l'entourage ?

Dans un premier temps identifier le problème, ce qui n'est pas toujours facile. Néanmoins, certains signes peuvent alerter, même s'ils ne sont pas spécifiques : la personne est toujours en retard et s'absente parfois de son domicile sans raison. Elle paraît tendue, préoccupée, absorbée par ses pensées. Elle peut même réagir de manière agressive et délaisser ses activités sociales.

L'entourage doit trouver le meilleur moment pour aborder le sujet, refuser de lui prêter de l'argent et tenter de la convaincre de consulter un médecin. Les proches d'un "accro" au jeu peuvent aussi demander l'aide d'une association pour joueurs en difficulté et leur entourage. Car, dans ce combat long et difficile, eux aussi ont besoin d'être soutenus.

Soure:lepoint.fr
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png