Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Maladie de basedow
Maladie de basedow
Endocrinologie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 302

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Les dangers des techniques d'amincissement non chirurgicales en question
Actualités médicalesLes médecins esthétiques ont gagné une importante bataille. Alors que la Haute Autorité de santé (saisie par la Direction générale de la santé, après des signalements de complications graves) leur avait interdit d'utiliser les techniques de "lyse adipocytaire" - destruction des cellules stockant les graisses - à visée esthétique, la donne vient de changer. Statuant en référé en raison des conséquences immédiates, notamment financières, de cette décision, le Conseil d'État autorise à nouveau ces pratiques en attendant le jugement sur le fond, qui ne devrait pas intervenir avant début 2012.

En pratique, la Haute Autorité de santé a étudié les techniques d'amincissement qui sont utilisées à des fins esthétiques pour combattre la cellulite et proposées en alternative aux méthodes chirurgicales car moins invasives et moins onéreuses que la chirurgie esthétique. Pour cela, elle s'est appuyée sur la littérature scientifique et de nombreuses auditions. Pour mémoire, le Pr Laurent Lantieri, célèbre chirurgien auteur de greffes de la face, avait été le premier dénoncer, il y a quelques années déjà, le danger que pouvaient représenter certaines de ces techniques.

Une cible un peu trop vaste

La HAS a notamment étudié les complications graves survenues chez 23 patients à la suite d'injections de solutions hypo-osmolaires (qui font éclater les cellules graisseuses), dont 17 cas de nécroses sous-cutanées. Elle a conclu que les diverses pratiques, invasives pour certaines, externes pour d'autres (à base d'ultrasons, de radiofréquence, de laser...) présentaient "un danger grave pour la santé". Et elle a finalement interdit les injections de solutions hypo-osmolaires, celles de produits lipolytiques, la mésothérapie, la carboxythérapie (injection de gaz carbonique dans la peau), différents lasers, les ultrasons focalisés, les infrarouges ou encore la radiofréquence. Seuls la liposuccion (acte chirurgical) et les procédés manuels, comme les massages, restaient autorisés.

Mais voilà, la cible était sans doute un peu trop vaste. D'ailleurs le jugement évoque notamment un avis de la HAS émis en décembre 2010 et ses annexes. Concernant les techniques à visée lipolytique non invasives utilisant des agents physiques externes sans infraction cutanée, il indique "qu'aucun effet indésirable grave n'a été relevé". Pour celles qui ont un caractère invasif, le document précise que "les risques peuvent être liés au produit, au protocole utilisé ou à la technique d'injection" et que le nombre de cas d'effets indésirables graves est faible. De plus, l'étude ne comporte aucune indication sur d'autres méthodes également interdites, comme les ultrasons non focalisés ou la cryolipolyse (destruction des graisses par le froid).

En voulant "ratisser très large", pour éviter toute éventuelle mise en cause, la Haute Autorité de santé s'est mise dans une situation délicate. Dans son ordonnance, le juge des référés a estimé qu'un "doute sérieux" planait sur la validité du décret et il a suspendu son exécution dans l'attente du jugement des recours déposés au fond contre le décret. L'État, condamné aux dépens, devra verser une somme globale de 6 000 euros aux plaignants. Contactée dès mardi matin pour commenter cette suspension, le Haute Autorité a finalement refusé "de communiquer sur une décision de justice". Les médecins esthétiques, eux, se frottent les mains alors que les candidats à l'amincissement ne savent toujours pas avec précision ce qui est dangereux et ce qui ne l'est pas.

Source:lepoint.fr
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png