Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Microadénome hypophysaire
Microadénome hypophysaire
Anatomie pathologique
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 333

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Comment éliminer les dépôts de graisse localisés ?
Actualités médicalesDifférentes techniques avec le laser existent. La liposuccion reste la plus efficace.

Quelles sont les meilleures techniques pour éliminer les dépôts graisseux corporels disgracieux (culottes de cheval, poignées dites d'amour, «petit bedon»…)? Quels sont les risques encourus? Pour quels bénéfices? Ces questions, avant l'été, sont particulièrement d'actualité, après le rejet par le Conseil d'État d'un décret du ministère de la Santé, daté du 11 avril 2011 qui interdisait toutes les techniques «lipolytiques» visant à faire «fondre» la graisse par voie non chirurgicale.

Le 17 juin, dans un avis particulièrement argumenté, le Conseil d'État s'est montré très sévère sur le rapport de la Haute Autorité de santé (HAS) qui a servi de base à cette interdiction des lasers, radiofréquences, et autres mésothérapie et injections de solutions hypo-osmolaires… Les magistrats de la plus haute juridiction administrative ont estimé que le travail de la HAS était entaché de conflit d'intérêts, qu'il faisait un amalgame entre des techniques différentes et interdisait notamment des lasers externes qui n'avaient jamais fait l'objet de complications répertoriées. Au final, la suspension de ce décret remet à flot toutes les techniques à visée lipolytiques sans exception, y compris celles qui sont considérées comme à risques.
Effets limités

Lesquelles présentent vraiment un intérêt? Le procédé le plus efficace reste la liposuccion que seule des chirurgiens spécialisés peuvent réaliser. Il faut savoir que les cellules graisseuses, les adipocytes, lors d'un régime alimentaire, ne disparaissent pas, mais diminuent simplement de taille. Lors d'une prise de poids, ils se rempliront de graisse à nouveau. Lorsque, en revanche, par des techniques chirurgicales, on retire des cellules graisseuses, celles-ci ne reviendront plus, théoriquement. «Il y a eu des accidents graves avec l'injection de produits hypo-osmolaires dans un but de lipolyse, et ces techniques auraient pu être interdites, assure le docteur Jean-Michel Mazer (dermatologue, Centre laser international de la peau, Paris). Il y a eu des cas d'infection avec la mésothérapie du fait de non-respect des pratiques d'asepsie. Mais à ce jour, il n'y a eu aucune complication notable répertoriée, avec les agents physiques externes non invasifs, comme les ultrasons, les lasers externes, les radiofréquences bipolaires ou encore la cryolipolyse.» Chaque jour, 40.000 patients seraient traités par laser externe dans le monde. Ces lasers provoqueraient une fuite de lipides des cellules graisseuses dans le sang.

Mais ces effets - limités selon plusieurs experts - n'auraient vraiment un impact qu'associé à un régime alimentaire. Sinon, la petite quantité de graisse éliminée des adipocytes revient aussitôt. «L'effet n'est pas durable, reconnaît le docteur Mazer. Les techniques de radiofréquences externes ont surtout comme but de raffermir la peau, mais n'ont pas d'effet lipolytique réel.» Les ultrasons focalisés haute intensité seraient peut-être plus prometteurs.

La cryolipolyse est un procédé récent, mis au point par des chercheurs américains. Le principe est de provoquer une apoptose (c'est-à-dire un suicide) des cellules graisseuses par le froid au niveau d'un dépôt très localisé par le biais d'une ventouse qui isole les zones à refroidir. Ces cellules «refroidies» s'autodétruiront progressivement dans les semaines qui suivent. Cette technique pour laquelle un long recul manque, pourrait, si les résultats se confirment, éviter par exemple de recourir à des petites liposuccions. «Ce traitement est quasiment indolore et selon les zones à traiter, il dure environ une à deux heures», ajoute le docteur Mazer.

La seule manière d'enlever des dépôts graisseux localisés de manière efficace, c'est la liposuccion, qui est un acte chirurgical, à condition que les indications soient bien posées et l'opérateur expérimenté. «Cette chirurgie est efficace en cas de dépôts graisseux localisés au niveau du ventre, des hanches, de la culotte de cheval, de l'intérieur des cuisses, explique le docteur Sydney Ohana (chirurgien plastique, Paris). Il faut également que la peau ait un bon degré d'élasticité. En revanche, il ne s'agit en aucun cas d'un substitut au régime.» Le maximum que l'on puisse enlever est de l'ordre de 5 à 6 litres de graisse. Les cellules extraites et détruites ne se renouvellent pas. C'est l'intervention de chirurgie esthétique la plus pratiquée dans le monde.
Sous anesthésie

«Il y a eu beaucoup d'amélioration technique grâce notamment à des canules “mousse” non traumatisantes qui respectent les vaisseaux et les nerfs. Elles sont aussi de calibres plus petits pour un travail plus fin», ajoute le docteur Ohana. Le traitement se fait selon les cas sous anesthésie locale ou générale, avec des temps d'intervention qui varient entre une demi-heure et deux heures et demie selon l'importance de la zone à traiter. Les suites sont modérément douloureuses.

Mais la qualité du résultat dépend du chirurgien et de son aptitude à récuser des patients chez qui l'intervention ne donnera pas de bons résultats esthétiques. Des complications graves ont été observées dans les débuts de la liposuccion. Elles sont devenues rares, et tout à fait exceptionnelles entre des mains expérimentées. Quelques cas d'infection peuvent être observés.

Source:lefigaro.fr
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png