Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 140

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
De nouveaux radioéléments pour détruire les métastases
Recherches médicales

Produits à Grenoble, ces isotopes ne s'attaquent qu'aux cellules cancéreuses.

À quelques mètres du cœur du petit réacteur nucléaire de l'Institut Laue-Langevin (ILL) de Grenoble, le physicien Ulli Koester tient en main un tout petit sachet en plastique transparent contenant une fine poudre blanche. «Avec cet échantillon d'un quart de gramme, on peut produire assez d'isotopes radioactifs pour traiter cent patients atteints de cancer» , explique-t-il.

Depuis deux ans, le réacteur grenoblois, normalement dédié à la production de neutrons pour l'étude de la matière, sert à un usage qui n'avait pas été prévu lors de sa construction à la fin des années 1960 : la production d'atomes radioactifs exotiques utilisés pour de nouveaux traitements ciblés contre des cancers.

La petite poudre blanche est un produit très rare, de l'ytterbium, qui, soumis au flux de neutrons intense du réacteur peut se transmuter en un autre élément, cette fois radioactif, le lutétium 177. Il est utilisé dans des traitements plus efficaces que les chimiothérapies contre des formes de cancers présentant des petites métastases dispersées. Au lieu d'irradier toute une région du corps pour éliminer une tumeur comme le fait la radiothérapie habituelle, la nouvelle méthode qui utilise le lutétium 177 est bien plus ciblée.

L'anticorps sert de vecteur

L'idée étant de ne s'attaquer qu'aux seules cellules cancéreuses, pour éviter au maximum d'irradier les autres organes indemnes. Une sélectivité permise par la biotechnologie, et la production d'anticorps spécifiquement développés pour ne se fixer qu'aux antigènes des cellules tumorales. «On sait maintenant accrocher un unique élément radioactif au bout d'un anticorps, précise Ulli Koester. Ce dernier sert en fait de vecteur, et va apporter l'isotope au plus près de la tumeur, là où la radioactivité sera la plus efficace pour tuer les cellules cancéreuses.»

Les premiers traitements de ce type, qui ont montré leur efficacité contre les lymphomes, et sont d'ailleurs commercialisés aux États-Unis, utilisaient un élément radioactif assez courant en médecine, de l'iode 131. «Or ce type d'isotope présente le grand inconvénient d'émettre des rayons gamma, qui sont très pénétrants et obligent à mettre les patients en isolation dans des chambres blindées», explique Jean-François Chatal, professeur émérite de médecine nucléaire, pionnier de la radioimmunothérapie en France qui travaille désormais à temps plein au nouveau cyclotron médical Arronax à Nantes. C'est notamment pour éviter ce genre d'inconvénient que des sites de recherche comme l'ILL de Grenoble et le cyclotron de Nantes produisent des nouveaux isotopes ayant des caractéristiques plus ciblées.

Essais très prometteurs

Par exemple, le lutétium 177 généré dans le cœur du réacteur grenoblois et utilisé pour des traitements expérimentaux contre le cancer de la prostate par Jean-François Chatal, présente l'avantage de n'émettre que des rayonnements bêta. Ces «bêta» sont des électrons qui n'agissent que sur une distance très courte de l'ordre de 2 à 3 millimètres, soit grosso modo la taille des petites métastases contre lesquelles ces traitements sont les plus efficaces. Des essais cliniques très prometteurs sont d'ailleurs menés avec cet élément contre des cancers de la prostate dans des phases avancées pour lesquels tous les autres traitements s'avèrent inefficaces.

Le réacteur grenoblois produit également du terbium 161, qui a les mêmes propriétés que le lutétium 177, mais émet en plus des électrons dits d'Auger. Ces derniers sont encore moins énergétiques, et ont un rayon d'action encore plus ciblé, équivalent à la taille d'une seule cellule biologique.

La production de ces éléments se fait pour le moment de manière presque artisanale à l'ILL, mais une installation dédiée et automatisée est à l'étude. «L'investissement serait de l'ordre de quelques millions d'euros, mais pourrait produire assez d'isotopes pour tous les patients concernés en Europe par ce type de traitement» , assure Ulli Koester.

 

lefigaro.fr

purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png