Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
Herpès cornéen (2)
Herpès cornéen (2)
Ophtalmologie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 104

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Maladies ophtalmiques
Revue scientifique
Le glaucome, une maladie insidieuse

Pas de troubles visuels, pas de douleurs, mais vous pouvez souffrir d’une affection qui peut être fâcheuse pour votre œil. Il s’agit du glaucome, une maladie insidieuse qui peut survenir à partir de l’âge de 40 ans. Le dépistage doit être systématique à partir de cet âge, selon les spécialistes.


Le message est lancé par la Société algérienne d’ophtalmologie, qui estime que cette maladie doit être considérée comme chronique car elle évolue vers une cécité irréversible. 350 000 à 500 000 Algériens sont glaucomateux, mais ce chiffre reste loin de la réalité, selon le Pr Aïlem, président de la Société algérienne d’ophtalmologie qui intervenait lors d’un débat autour d’une vidéoconférence organisée par les laboratoires Pfizer sur l’impact socioéconomique du glaucome, débat qui s’est déroulé en novembre 2008 aux Etats-Unis. Il signale que cette maladie est méconnue en Algérie, alors qu’elle est réellement grave lorsqu’elle n’est pas diagnostiquée et prise en charge à temps. « Pas moins de 100 000 patients sont pris en charge chez nous. Ce qui montre que la maladie n’est pas encore connue du grand public et même des professionnels de santé. C’est pourquoi il est urgent de lancer des campagnes de sensibilisation ainsi qu’un dépistage au sein des populations à risque. Il faut expliquer que cette maladie, dont l’étiologie reste inconnue, peut survenir chez une personne qui ne souffre d’aucune douleur ni de troubles visuels.

Seuls un dépistage, une consultation chez un ophtalmologue, permettent de détecter une forme débutante de cette maladie et d’agir en urgence, car il s’agit d’un maladie incurable. Les facteurs de risque existent, signale-t-il. Ce sont principalement l’âge, l’héridité, la myopie sévère, une hypertension artérielle », a-t-il souligné en précisant que la tension oculaire est l’une des caractéristiques du glaucome. Il faut alors, dit-il, une sensibilisation au sein des populations, comme cela est fait pour l’hypertension artérielle, et ne pas confondre cette maladie avec la cataracte. Le Pr Garout, vice-président de la Société algérienne d’ophtalmologie et chef de service à l’hôpital de Aïn Njaâdja, a, quant à lui, insisté sur la gravité de la maladie qui, explique-t-il, « s’accompagne en général d’une élévation de la pression oculaire, entraînant une destruction lente du nerf optique, pouvant aboutir à la perte totale de la vue. Selon les deux médecins, il existe différentes formes de glaucomes. Le glaucome « à angle ouvert est celui que nous rencontrons chez la majorité des patients, il représente 90% des glaucomateux », a précisé le Pr Aïlem.

Pour lui, l’essentiel, aujourd’hui, est de penser à dépister systématiquement cette maladie dès l’âge de 40 ans, d’autant qu’elle ne présente aucun signe. Les pouvoirs publics doivent ainsi se pencher sur cette maladie, sachant que le nombre d’aveugles en Algérie atteint des proportions alarmantes. L’on signale 30 000 non-voyants et l’Algérie est l’un des rares pays en Afrique à avoir éradiqué la cataracte. Ce chiffre ne reflète pas la réalité, selon le chef de service de l’hôpital Mustapha Bacha. Il peut atteindre les 62 000, a-t-il indiqué. Ce qui se rapproche de la moyenne française.

Concernant les traitements, les spécialistes affirment que les collyres sont les médicaments les plus prescrits. Ils sont souvent efficaces et les gouttes sont administrées quotidiennement et à vie, a précisé le Pr Aïlem. Le problème rencontré dans ces traitements au long cours est son observance, indique le Pr Garout en précisant que de nombreux malades abandonnent leur traitement.

el watan
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png