Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 312

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Les femmes, gourmandes malgré elles!
Actualités médicales
Présentez son plat favori à un homme et il résistera. Faites de même avec une femme, et elle aura plus de mal. Tels sont les résultats d'une petite étude américaine qui, s'ils étaient confirmés à plus grand échelle, pourraient expliquer pourquoi l'obésité est plus fréquente chez elles.

Ces résultats sont publiés dans le dernier numéro des Proceedings of the National Academy of Science.

Gene-Jack Wang et ses collègues du laboratoire national de Brookheaven voulaient comprendre pourquoi certaines personnes mangent de façon excessive et grossissent, et d'autres pas.

Ils ont donc fait un scanner cérébral à 13 femmes et 10 hommes, qui avaient jeûné pendant la nuit, pour voir comment un cerveau réagit à la vue de son mets favori.

«Il se passe quelque chose chez les femmes», a déclaré Wang dans une interview téléphonique, «le signal est totalement différent».

Les participants étaient interrogés sur leur nourriture favorite, de la pizza aux hamburgers, en passant par le gâteau au chocolat, avant d'être invités à ne rien manger pendant la nuit. Le lendemain matin, on leur faisait passer le scanner, alors qu'ils étaient mis en face de leur mets préféré. Dans le même temps, ils utilisaient une technique baptisée inhibition cognitive, qu'ils avaient apprise, pour supprimer toute pensée liée à la faim ou au fait de manger.

Si tant les hommes et les femmes se disaient satisfaits de cette technique d'inhibition, qui diminue la sensation de faim, les scanners eux sont venus montrer que si l'activité cérébrale des hommes diminuait bien, la région du cerveau féminin en relation avec l'alimentation restait, elle, en activité.

«Même si les femmes prétendaient avoir moins faim lorsqu'elles essayaient d'inhiber leur réponse à la nourriture, leurs cerveaux continuaient à 'fonctionner' dans les régions qui contrôlent la faim», a remarqué Gene-Jack Wang.

Cette technique cognitive pourrait être un traitement efficace contre l'obésité, a déclaré de son côté Rosalyn Weller, professeure de psychologie de l'Université d'Alabama à Birmingham. Rosalyn Weller est extérieure à la recherche.

Pour Nora Volkow, directrice de l'Institut national de l'addiction aux drogues, et coauteure de l'article, la différence hommmes-femmes a été une surprise, liée peut-être aux besoins nutritionnels différents selon le sexe. Une simple hypothèse, précise-t-elle: la femme étant traditionnellement chargée de nourrir les enfants, le cerveau féminin pourrait être programmé pour manger dès que des aliments sont disponibles. Il faudrait ensuite savoir si les hormones féminines réagissent directement avec ces sections spécifiques du cerveau.

Selon les études comportementales, observe Wang, les femmes ont plus tendance que les hommes à manger de façon excessive quand on leur présente des plats savoureux ou lorsqu'elles sont en difficulté psychologique. Un phénomène qui pourrait être lié aux différences hormonale, et des études vont être menées pour vérifier cette hypothèse.

Alice Lichtenstein, spécialiste du comportement alimentaire à la Tufts University, a jugé ce travail «très intéressant». Selon elle, différents facteurs interviennent dans les choix alimentaires: «en ayant une meilleure compréhension de ces différents facteurs, nous aiderons mieux les gens à réguler leur alimentation», a-t-elle estimé.

L'obésité augmente et selon Wang, les changements dans la société en sont en partie responsables: alors que les choix étaient saisonniers et limités chez nos ancêtres, l'éventail de choix est aujourd'hui beaucoup plus large.

Selon les Centres de prévention et de contrôle des maladies, 35,3% des américaines et 33,3% des américains sont considérés comme étant obèses.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png