Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
fécondation
fécondation
Histologie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 260

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Donner son corps à la science est toujours nécessaire
Revue scientifique
Les médecins ont sans cesse besoin d'expérimenter de nouvelles pratiques chirurgicales ou exploratoires.

En France, 2 500 personnes donnent chaque année leur corps à la science. Encore, serait-on tenté de dire, les progrès réalisés par la science pouvant laisser croire que cette pratique est devenue obsolète. Or, la médecine n'a jamais eu autant besoin de corps pour tester les nouvelles techniques médicales et chirurgicales.

Ce n'est que vers le milieu du XIXe siècle et grâce à la perte d'in­fluence de la religion que l'étude des cadavres devient acceptable en France. C'est d'ailleurs à cette date que naît la clinique hospitalière, fille aînée de la médecine moderne, avec Laennec et Broussais. À la fin du XIXe siècle, les premiers dons de corps sont effectués à la faculté de médecine de Paris. Il s'agit de malades décédés à l'hôpital. Jusqu'alors, les cadavres étaient volés dans les cimetières la nuit ou bien les médecins utilisaient ceux des suppliciés, considérés comme non sacrés. Au début du XXe siècle, les corps des indigents non réclamés par les familles vont à l'École de chirurgie.

Aujourd'hui, la science a plus que jamais besoin de corps. C'est ce que déclare le Dr Pascal Frileux, di­recteur scientifique de l'École de chirurgie de Paris, qui permet à des chirurgiens, débutants ou confirmés, de parfaire leur formation. «On a besoin d'expérimenter de nouvelles pratiques chirurgicales sans compter que les technologies modernes nécessitent de procéder à des repérages, explique-t-il. On doit tester la cœlioscopie, l'arthroscopie et les mettre au point sur le corps humain. Notamment en neurochirurgie, en urologie et en orthopédie pour que ces techniques soient moins invasives.» Les parties les plus utilisées sont les muscles, les artères, le cœur, les vaisseaux, la peau et la face.

Participation payante

Pour donner son corps à la science (à ne pas confondre avec le don d'organes qui sont greffés sur des malades), il faut, de son vivant, en avoir fait la demande auprès de la faculté de médecine de sa région ou de l'École de chirurgie. Les malades atteints d'hépatite ou du sida ne sont pas retenus. À part l'École de chirurgie qui prend en charge gratuitement les corps, les facultés de médecine demandent, paradoxalement, une participation dont le montant varie. À Rennes, il faut débourser 800 euros et à Paris environ 250 euros. Ces sommes couvrent les frais de transport et d'incinération. Si la famille en fait la demande, les cendres peuvent lui être remises. Pour être conservés, les corps sont embaumés ou congelés. Dans le premier cas, ils peuvent alors être gardés un an et, dans le second, quelques mois.

Le rapport qu'entretiennent les sociétés avec les cadavres varie d'un pays à l'autre. Jusqu'en 1997, il était interdit au Japon de prélever des organes sur des personnes atteintes de mort cérébrale, la mort cérébrale n'étant pas synonyme de décès.

Car si la dissection est courante en Europe, elle ne l'est pas du tout au Japon. «En Angleterre, il n'y a pas beaucoup de cadavres pour travailler et du coup les Anglais nous jalousent beaucoup, confie Pascal Frileux. Et les États-Unis redevenant très chrétiens, le travail sur le corps est mal vu. Du coup, nos collègues américains utilisent beaucoup les animaux et les simulateurs».


lefigaro

purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png