Pseudo:    Mot de passe:   
center-left.png center-right.png
American Journal GPMD
Santé Magazine
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers Articles
  • Apnées du sommeil - Complicatio...

    mercredi 28. octobre 2015

    Fibrillation auriculaire

  • Asthme - Activités physiques - HRB

    samedi 19. septembre 2015

    L\'entrainement en aérobie diminue l\'hyperréactivité bronchique (HRB) et l\'inflammation systémique chez les patients souffrant d\'asthme modéré à sévère: un essai randomisé contrôlé.

  • Aliments épicés et Mortalité

    samedi 15. août 2015

    Consommation d\'aliments épicés et mortalité toutes causes et spécifiques: une étude de cohorte basée sur la population.

  • Tabagisme passif - Vaisseaux - I...

    mercredi 22. juillet 2015

    Le tabagisme passif est associé à l\'inflammation vasculaire...

  • Appendicite: Chirurgie ou Antibi...

    dimanche 28. juin 2015

    Antibiothérapie versus Appendicectomie en traitement d\'une appendicite aigüe non compliquée: l\'essai clinique randomisé APPAC

  • Personnes âgées - Maison médical...

    mardi 9. juin 2015

    Qualité de l\'air intérieur, ventilation et santé respiratoire chez les résidents âgés vivant en maison médicalisée en Europe.

  • Sauna - Complications

    jeudi 23. avril 2015

    Association entre sauna accidents cardiovasculaires fatals et mortalité toutes causes

  • Cyclisme - Bénéfices cardiovascu...

    jeudi 12. mars 2015

    Associations dose-réponse entre une activité cycliste et le risque d\'hypertension artérielle (HTA)

  • Grippe - Infection - Immunité - ...

    lundi 2. mars 2015

    Longévité et déterminants de l\'immunité humorale protectrice après infection grippale pandémique.

  • BIE OLIE Adolescents

    dimanche 15. février 2015

    Prévalence de la bronchoconstriction induite par l’exercice (BIE) et de l’obstruction laryngée induite par l’exercice (OLIE) dans une population générale d’adolescents.

blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Photothèque
 Légionellose
Légionellose
Pneumologie
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Derniers commentaires
Actualités
Une nouvelle session ...
[youtube]jHKASzcm1lw[/...
@maggy Le score de Mac...
C est bien de nous inf...
C'est trop génial! j' ...
Articles
bjr afin de finaliser ...
J'arrive po à le telec...
Voilà encore un autre ...
Les ratios obtenus apr...
donc pas de viagra
Photos
C est une complication...
y a pas d'explication....
quelle est la conduite...
je pense que la chalaz...
l'indicatio à cette t...
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Sondage
Vous préférez les formations MedeSpace





Vous devez être connecté(e) pour voter.
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Utilisateurs en ligne
bullet.gif Invités en ligne : 224

bullet.gif Membres en ligne : 0

bullet.gif Membres enregistrés : 5,082
bullet.gif Membre le plus récent : abderahmene
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
La soumission chimique de mieux en mieux détectée
Revue scientifique
L'administration de médicaments à l'insu d'une personne peut être décelée dans les cheveux longtemps après les faits.

C'est l'histoire typique d'un homme qui abordait des inconnus dans les gares et les aéroports parisiens en leur offrant du café et des gâteaux. Après la collation, tous sombraient dans le sommeil et se réveillaient délestés de leurs billets. En trois ans, le voleur a plumé sept individus en leur administrant un somnifère à leur insu. C'est grâce à des analyses dans le sang, les urines, les cheveux et même les poils des victimes que le récidiviste a été confondu. Ce cas et d'autres aussi spectaculaires de soumission chimique ont été présentés récemment devant l'Académie de pharmacie par le Dr Gilbert Pépin (Laboratoire Toxlab). Cet expert auprès des tribunaux a fait état d'une expérience de dix ans dans ce domaine.

De mieux en mieux connue et détectée en France, la soumission chimique se définit par l'administration de substances psychoactives (somnifères, tranquillisants…) à une personne à son insu, dans le but de la maîtriser à des fins délictuelles ou criminelles : vol, viol… Le terme s'applique aussi aux personnes âgées traitées dans certains services spécialisés pour qu'elles se tiennent tranquilles et aux enfants «drogués» dans le même but par leurs parents. La soumission chimique doit être distinguée de l'abus d'une personne en état de faiblesse sous l'emprise d'alcool ou de cannabis, qui était consciente lors de la consommation du produit psychoactif.

Entre janvier 2004 et dé­cembre 2007, le laboratoire du Dr Pépin a été sollicité pour 583 cas de suspicions de soumission chimique ; 170 ont été confirmés. Dans l'expérience de Toxlab, comme dans une enquête de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), le clonazépam (Rivotril) est le produit le plus utilisé. Cet antiépileptique appartient à la famille des benzodiazépines, molécules connues pour engendrer des amnésies antérogrades (troubles de la mémoire portant sur la période à partir de la prise).

Cet effet secondaire explique que les victimes de soumission chimique ont souvent du mal à se rappeler ce qui leur est arrivé. Face aux risques du détournement d'usage du Rivotril, le nombre de comprimés par boîte a été diminué il y a quelques mois.

Voleurs et violeurs ont aussi recours à d'autres produits qui altèrent la mémoire et la vigilance : somnifères et anxiolytiques couramment prescrits.

Spectrométrie de masse

En revanche, le GHB (gamma-hydroxybutyrate), un anesthésique un temps médiatisé comme «drogue du viol», n'est plus utilisé pour la soumission chimique parce qu'il est difficile à manier. «Pendant longtemps, l'acte de soumission a été difficile à prouver en raison des difficultés analytiques», souligne le Dr Pépin.

De fait, la victime n'étant capable de porter plainte qu'après un délai plus ou moins long, les analyses biologiques classiques s'avèrent le plus souvent négatives. Elles détectent des intoxications massives ou des concentrations thérapeutiques, mais pas des concentrations de l'ordre du nanogramme par millilitre.

Les laboratoires spécialisés en toxicologie utilisent, eux, des méthodes spécifiques, comme la spectrométrie de masse, pour détecter des traces de molécules dans le sang, les urines et les cheveux. Un produit peut ainsi être identifié jusqu'à trois à cinq jours après la prise dans le sang, dix à quinze jours dans les urines et plus d'une année dans les cheveux.

Pour les toxicologues, les analyses capillaires sont souvent indispensables, d'autant qu'elles permettent de distinguer une prise unique d'un produit d'une consommation occasionnelle et de la situer dans le temps. Dans plus de la moitié des plaintes tardives (après plus de cinq jours), la recherche du médicament dans les cheveux a été le seul examen qui a permis de confondre les auteurs, précise le Dr Pépin.

En 2007, 123 cas de soumission chimique ont été recensés. Parmi les 67 cas avérés, 56 concernaient des adultes et 11 des enfants.

lefigaro

purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Commentaires
Aucun Commentaire n'a été publié.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Publier un Commentaire
Connectez-vous pour publier un Commentaire.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
Evaluation
L'évalutation n'est disponible que pour les membres.

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour voter.

Aucune évaluation publiée.
purple-btm-left.png purple-btm-right.png
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Participer sur MedeSpace
bullet Nouveaux Posts
bullet Mes récents posts
bullet Mes derniers sujets

Imprimer la page en PDF
___________________
bullet Postez une vidéo
bullet Postez un site médical
bullet Postez une Photo
bullet Postez un Article
bullet Postez une Actualité

Devenez MedeSpacien
blue-btm-left.png blue-btm-right.png
MedeSpace FM
La radio Publique santé

Vous avez oublié votre mot de passe?



blue-btm-left.png blue-btm-right.png
Résidanat 2015
annales pour le concours de residanat
- Numéro 01
- Numéro 02
- Numéro 03
- Numéro 04
- Numéro 05
- Numéro 06


blue-btm-left.png blue-btm-right.png
centerb-left.png centerb-right.png
center-left.png center-right.png
centerb-left.png centerb-right.png