La rétention d’urine
Publié par M Benatta le Décembre 22 2008 20:59:50


Incapacité à vider la vessie de manière satisfaisante avec des mictions impossibles ou incomplètes.

La rétention vésicale complète ou aigue est une urgence thérapeutique.

Son diagnostic est facile devant la survenue brutale d’une impossibilité absolue d’uriner avec des douleurs hypogastriques exacerbées par les efforts mictionnels ou la pression hypogastrique.

Examen clinique :

Recherche du globe vésical : voussure hypogastrique mate à la percussion convexe vers le haut .

La présence du globe affirme le diagnostic et impose le drainage des urines en urgence avec asepsie stricte et de façon progressive
Le drainage : se fait par une sonde urétrale en absence de contre

-indications : rétrécissement, prostatite, uretrorragie,

Sinon on fait un drainage par un catheter sus pubien en absence de tumeur vésicale antérieure ou de cicatrice chirurgicale

Une cystostomie à maxima peut s’imposer au cas ou le sondage et le cathétérisme sus pubien sont contre-indiqués

Après le drainage un petit bilan s’impose :

Toucher rectal
Echographie abdomino-pelvienne
Asp
Ecb des urines
Urée créatinine

La rétention vésicale incomplète ou chronique

Absence de vidange complète de la vessie avec existence d’un résidu post mictionnel.

On distingue :

La rétention avec distension : résidu supérieur à 300 cc.
La rétention sans distension : résidu inférieur à 300 cc.
La rétention avec mictions par regorgement.
Le traitement repose sur un drainage en urgence puis un bilan étiologique.

Toucher rectal, Asp, échographie.

Etiologies :

Adénome.
Cancer prostatique.
Prostatite aigue.
Maladie du col vésical.
Valves de l’urètre postérieur.
Rétrécissement urétral.
Rupture de l’urètre.

Chez la femme : Fibrome, tumeur, stenose du méat,

Chez les 2 sexes : tumeurs vésicales, lithiases, caillot, tumeur de l’urètre.

Chez l’enfant : valves de l’urètre postérieur, hematocolpos, tumeurs, corps étrangers.

Dysfonctionnement vesico-sphincterien : réflexe (traumatisme abdominopelvien, postop, post partum.

Médicaments :
anticholinergiques, neuroleptiques.

Organiques : sclérose en plaque, compression médullaire, traumatisme médullaire, diabète, parkinson, spina bifida.


Traitement


• Drainage : par une sonde urétrale ou bien un cathéter sus pub sinon une Cystostomie.
• Equilibre hydroelectrolytique.
• antibiothérapie.