Sujet de la discussion : MedeSpace.Net :: Conduite à tenir devant une adénopathie

Publié par La Pharmacienne le 26-05-2009 13:38
#1

Bonjour,

Conduite à tenir devant une adénopathie

Le diagnostic clinique d’une adénopathie répond à des critères sémiologiques précis. Les diagnostics différentiels sont le plus souvent cliniques. Même si certaines données cliniques, comme les caractères de l’adénopathie, le terrain, l’existence d’une hyperthermie ou d’un risque de transmission d’une zoonose, sont des éléments d’orientation intéressants, la démarche étiologique devra rester stéréotypée.


1. Rappel sémiologique d’une adénopathie

Toute tumeur supérieure à un centimètre de diamètre située dans un site de drainage lymphatique est suspecte.

Attention aux pièges dépendant de la situation anatomique de la tuméfaction.


En région cervicale, une glande salivaire, un kyste épithélial branchial, une tumeur thyroïdienne, un anévrysme carotidien peuvent être confondus avec une adénopathie.
N’oubliez pas lors de l’examen des aires cervicales (qui s’effectue patient assis et examinateur derrière lui) de faire déglutir le patient en repérant la tumeur cervicale par rapport à la thyroïde et d’ausculter toute tuméfaction jugulo-carotidienne à la recherche d’un souffle qui contre indiquerait toute ponction !!!

En région axillaire, l’hydrosadénite prend un caractère inflammatoire, superficielle et adhérente à la peau.

En région inguinale ou crurale, une hernie ou un anévrysme seront éliminés.

Partout les lipomes de consistance molle peuvent vous induire en erreur.

Parfois seule la ponction lèvera un doute ou vous assurera du caractère extraganglionnaire de la tuméfaction. Mais ne ponctionnez pas un anévrysme (utilisez votre stéthoscope !!!)


La nature ganglionnaire de cette tuméfaction supérieure à 1 cm de diamètre étant acquise, il s’agit bien d’une adénopathie…



Le diagnostic d’adénopathie étant acquis il faut alors :

- S’assurer du caractère isolé ou non de cette adénopathie
- Réaliser un hémogramme
- Rechercher quelques éléments d’orientation mais qui ne devront pas modifier la stratégie de recherche étiologique décrite ci-dessous qui devra rester stéréotypée.



Eléments d’orientation étiologique :

- Les caractères de l’adénopathie
- Inflammatoire : rouge, chaude et douloureuse
- La consistance : molle (collection liquidienne) pierreuse (cancer) souple
- La taille (mesure des deux plus grands diamètres)
- L’existence de fièvre
- La notion d’une inoculation, griffure de chat ou de gibier (lièvre), morsure de rat…

Edité par La Pharmacienne le 26-05-2009 13:46