Campagne contre la tuberculose
Publié par hammar le Mars 21 2009 09:48:36
Sous le slogan «je m'engage, halte à la tuberculose», le service de la prévention de la direction de la Santé et de la population d'Oran lance, à partir de la semaine prochaine...

Nouvelles étendues

Sous le slogan «je m'engage, halte à la tuberculose», le service de la prévention de la direction de la Santé et de la population d'Oran lance, à partir de la semaine prochaine, une action de sensibilisation sur cette maladie.

Intitulée « opération oxygène » et ciblant les malades, cette campagne touchera les huit unités de contrôle et de lutte contre la tuberculose et les maladies respiratoires (UCTMR), selon la responsable du service de la prévention. Les malades auront droit à des séances de sensibilisation et des explications sur la conduite à tenir pour limiter la contamination et les mesures préventives, notamment les règles d'hygiène générale et individuelle, les droits sociaux du malade et la durée du traitement. La campagne qui coïncide avec la Journée mondiale de la lutte contre cette maladie contagieuse, célébrée le 24 mars de chaque année, a aussi comme objectif de diminuer le nombre de cas de la tuberculose à bacille multi-résistant.

En effet, plus de 120 cas de tuberculose à bacille multi-résistant ont été admis au service de pneumo-phtisiologie du CHU d'Oran, durant la période 2000 à 2008, dont une quarantaine de cas venus de la wilaya de Mostaganem et une trentaine d'Oran. Selon des spécialistes, «la tuberculose à bacille résistant est l'oeuvre de l'homme, elle reflète une défaillance quelque part dans la prise en charge du malade. Un tuberculeux normal peut devenir tuberculeux résistant si l'association des antibiotiques n'est pas prise en compte dans le traitement, et si le traitement n'est pas pris convenablement, chose qui peut entraîner le décès du patient ». En 2008, cinq personnes atteintes de la tuberculose sont mortes au niveau du CHUO. « Ces tuberculeux résistants nécessitent un traitement de troisième ligne qui dure 21 mois, coûteux (160.000 DA) et pas très efficace, tandis qu'un traitement de tuberculose normale ne dépasse pas les 2.100 DA », ajoutent des praticiens. La responsable de la prévention auprès de la DSP d'Oran affirme, par ailleurs, que le nombre de cas de tuberculose, notamment la tuberculose pulmonaire, est en baisse. En 2008, quelque 1.500 cas de tuberculose ont été recensés à Oran (dont 784 cas durant le 1er semestre), contre 1.549 cas en 2007.

En 2007, où il a été enregistré 1.070 cas de tuberculose pulmonaire, avec une incidence de 98 pour 100 000 habitants à Oran, alors qu'à l'échelle nationale, elle est de 61 pour 100 000 habitants. En 2006, 1.040 cas de tuberculose pulmonaires et sept décès ont été enregistrés à Oran. Notons qu'au niveau national, 20.000 à 25.000 cas de tuberculose sont recensés chaque année.


le quotidien d'oran