Fusion Merck&Co - Schering-Plough : les Big Pharma américaines relancent le jeu
Publié par La Pharmacienne le Mai 11 2009 10:14:05
Ceux qui pensaient que le temps des fusions était derrière nous en sont pour leur frais. En moins de deux mois, quatre big pharma américaines ont décidé de fusionner...

Nouvelles étendues

Ceux qui pensaient que le temps des fusions était derrière nous en sont pour leur frais. En moins de deux mois, quatre big pharma américaines ont décidé de fusionner pour n'en faire que deux. Et se placer au premier et au second rang de l'échiquier mondial de la pharma.

Après l'annonce en janvier dernier du rapprochement du leader mondial de la branche, Pfizer (44 milliards de dollars dans la pharma), avec son homologue Wyeth (20,1 milliards de dollars), numéro 10 du classement 2008 des big pharma (1), l'annonce d'une nouvelle fusion entre deux autres compagnies US relance complètement la donne du classement. Car la fusion de Merck&Co, huitième du Top 10 avec 23,9 milliards de dollars de CA dans la pharma en 2008, avec le groupe Schering-Plough (18,5 milliards dans la pharma) donnera naissance à un nouveau deux mondial, au CA total consolidé de quelque 47 milliards de dollars.

La naissance de cette nouvelle entité consacre ainsi l'arrivée d'un « leader mondial solide dans le secteur des soins de santé, destiné à réussir et à générer une croissance durable », selon les termes du patron de Merck&Co, Richard Clark (en photo), pour qui le nouveau groupe « profitera de perspectives de recherche et de développement formidables, d'un portefeuille de médicaments considérablement élargi et d'une présence plus étendue sur des marchés internationaux clefs, notamment les marchés émergents à forte croissance ». L'opération qui porte sur un montant de 41 milliards de dollars (32,5 milliards d'euros) permettra de générer des économies d'échelle de l'ordre de 3,5 milliards de dollars d'ici 2011. Elle bénéficiera d'une ligne de crédit de 8,5 milliards de dollars pour la reprise de Schering-Plough, le solde étant autofinancé à hauteur de 9,8 milliards de dollars de trésorerie et de 22,8 milliards de dollars de titres Merck&Co. « Nous avons bâti une activité solide et diversifiée et un pipeline robuste qui donne de l'espoir aux patients qui attendent de nouveaux médicaments. Je suis fier de ce qui a été accompli », a commenté de son côté le CEO de Schering-Plough, Fred Hassan à l'annonce de la fusion. « Nous joignons nos forces à celles de Merck&Co, notre partenaire au long cours dans notre joint venture dans le cholestérol, afin de créer un nouveau leader dynamique dans l'industrie pharmaceutique.

Un groupe diversifié

Ce rapprochement donne surtout naissance à un groupe pharmaceutique diversifié, qui sera présent dans près d'une dizaine d'aires thérapeutiques majeures : maladies cardiovasculaires, pour lesquelles Merck&Co dispose de 50 ans d'expertise ; maladies respiratoires, pour lesquelles le nouveau groupe disposera d'une franchise solide avec de nombreux produits complémentaires, notamment dans le traitement de l'asthme ou des rhinites allergiques; oncologie, avec les produits du portefeuille de Schering-Plough ; neurosciences que la R&D de Schering-Plough vient renforcer avec des produits candidats à la fois dans la migraine, dans le sommeil, la schizophrénie ou encore les troubles bipolaires ; maladies infectieuses, dans lesquelles les deux laboratoires ont développé des efforts complémentaires (HIV, Hépatite C) ; sans compter l'immunologie (avec Remicade®), la santé féminine (avec le célèbre Gardasil® et une large gamme de contraceptifs), et enfin la médecine vétérinaire. Enfin, Merck&Co a confirmé et concrétisé le mois dernier son engagement dans les biosimilaires en rachetant pour 130 millions de dollars le portefeuille biopharmaceutique ainsi que des sites de production de la société Insmed.

L'acquisition de Schering-Plough lui permettra en outre de doubler son portefeuille de produits en phase III, avec 18 produits à ce stade. La nouvelle entité conservera le nom de Merck&Co et restera dirigée par son actuel président. Le CEO de Schering-Plough, Fred Hassan, devant contribuer à l'intégration dans le nouveau groupe jusqu'à son terme. La fusion démontre que la consolidation de la pharma est loin d'être arrivée à son terme. La générication, d'ici 2012, de plus de 100 milliards de dollars de produits sous brevet pourrait lui donner de nouvelles impulsions.

Jean-Jacques Cristofari