70% des malades de l’Hépatite, contaminés chez le dentiste !!!
Publié par hammar le Mai 27 2009 11:23:20
La contamination est à l’origine de 70 à 90% des cas d’hépatites selon l’association SOS hépatites...

Nouvelles étendues


L’ASSOCIATION SOS HÉPATITES TIRE LA SONNETTE D’ALARME

La contamination est à l’origine de 70 à 90% des cas d’hépatites selon l’association SOS hépatites. Cette situation inquiète les membres de cette association de malades qui tirent ainsi la sonnette d’alarme sur une autre statistique, celle qui concerne la contamination des personnes dans les cabinets de chirurgie dentaire. Une étude annonce en effet que 70 % des personnes contaminées par l’hépatite B et C ont été atteints lors de soins dentaires.

Cette situation pourrait prendre de l’ampleur notamment à l’est du pays où un nombre important de cas sont signalés, explique M. Bouallag, président de l’association SOS hépatites et membre du bureau de la Fédération mondiale des associations de lutte contre les hépatites, ceci d’autant que les personnes atteintes ne signalent leur pathologie que dans des cas rares. Par ailleurs, la maladie, selon les spécialistes, ne présente pas de signes apparents. Est ainsi pointée du doigt la méthode de stérilisation du matériel utilisé par les chirurgiens dentistes jugée «archaïque» par les membres de SOS hépatites.

Si le virus n’est pas détruit par les méthodes de stérilisation classiques largement utilisées en Algérie, il aura une période de survie de 72 heures, explique M. Missaoui, secrétaire général de ladite association. Pour éliminer les risques de contamination, une stérilisation dans des autoclaves est nécessaire. Ces derniers assurent une stérilisation à 3 000 degrés, explique M. Missaoui, contrairement au matériel utilisé actuellement par les dentistes et qui n’atteignent que les 120 degrés. Notre interlocuteur soulèvera aussi le problème de la disponibilité du matériel dans les cabinets dentaires. Pour les membres de l’association, qui défendent les droits des malades, le coût important de ces autoclaves est souvent évoqué par les chirurgiens dentistes pour expliquer le fait qu’ils ne soient pas largement utilisés.

Ainsi, tout en déclarant que la santé de la population est prioritaire, M. Bouallag dira que des solutions peuvent être trouvées. Il s’agit de l’achat groupé des autoclaves par les dentistes qui pourraient ainsi bénéficier de réduction et même de formules de facilité de payement. Selon M. Bouallag, le ministère de la Santé, informé et sensibilisé sur cette problématique, a établi un programme qui concerne la formation des chirurgiens dentistes du secteur public sur les modalités de stérilisation du matériel.

Ces actions ont toutefois été suspendues, notera notre interlocuteur, qui annoncera, en outre, une autre action programmée par la tutelle qui concerne un autre programme de sensibilisation et de contrôle, cette fois-ci, à l’adresse des praticiens privés. M. Missaoui citera, par ailleurs, le cas des régions de Khenchela et de Barika qui sont classées comme zone rouge concernant la prévalence des hépatites. «Au niveau de ces deux villes, les dentistes ont été dans l’obligation de s’équiper en autoclaves vu l’insistance des malades qui craignent une contamination massive», dira M. Missaoui. «Actuellement, des statistiques fiables concernant les hépatites au niveau national ne sont pas disponibles au niveau des services concernés », soulignent les membres de l’association qui dénoncent le refus de certains médecins de soigner les porteurs de la maladie, ce qui amène ces derniers à dissimuler leur pathologie pour bénéficier de soins dentaires. La sensibilisation et l’information des malades représentent aussi une donnée importante pour éviter la contamination.

Actuellement, environ 500 millions de personnes sont atteintes d’hépatite dans le monde, dont 350 millions souffrent de l’hépatite B et 150 millions atteintes de l’hépatite. En Algérie, selon les données officielles, 2,5 % de la population est porteuse de l’hépatite B et 2,7 % de l’hépatite C. Ainsi, un demi million d’Algériens sont porteurs de la maladie. L’association SOS hépatites recommande aussi la redynamisation des 60 centres de dépistage.

Le Soir d’Algérie