Diagnostic d’infection urinaire chez l’enfant : le recueil des urines dans une poche n’est pas fiable
Publié par Rosette le Juin 03 2009 13:39:40
Une étude prospective française a évalué, aux urgences hospitalières, la fiabilité du recueil des urines à l’aide d’une poche pour le diagnostic d’infection urinaire avant 3 ans...

Nouvelles étendues

Une étude prospective française a évalué, aux urgences hospitalières, la fiabilité du recueil des urines à l’aide d’une poche pour le diagnostic d’infection urinaire avant 3 ans. Chez le nourrisson, 5 % des fièvres sont dues à une pyélonéphrite. Plusieurs méthodes de recueil sont envisageables : au milieu du jet, d’application difficile à cet âge ; par ponction sus-pubienne, douloureuse et souvent en échec si elle n’est pas guidée par échographie ; par cathétérisme et par sachet stérile, la plus courante, malgré le risque de souillure.

Au cours de cette étude, les urines ont été recueillies, en cas de fièvre inexpliquée, par sachet adhésif avec les précautions d’usage. En cas d’examen direct positif, particulièrement si la bandelette montrait leucocytes et nitrites, les urines ont été cultivées et un contrôle par cathétérisme effectué. Parmi 192 résultats positifs à l’examen direct, 62,5 % ont montré une leucocyturie isolée (> ou = 10/µl), 0,5 % seulement des bactéries et 37 % les deux. La culture a montré une bactériurie > ou = 105 /ml dans 93 cas (48,4 %) dont E Coli (87 %), Enterocoques (4,3 %), Klebsiella (3,2 %) et autres (5,5 %), elle a été négative 41 fois (21,4 %) et polybactérienne 58 fois (30,2 %). Par cathétérisme, la culture des urines a révélé une bactériurie > ou = 103/ml 102 fois (53,2 %), a été négative 79 fois (41,1 %) et polybactérienne 16 fois (8,3 %).

La valeur prédictive d’une culture bactérienne positive de la poche est de 53 % et du cathéter de 68 %. En prenant pour référence le prélèvement par cathéter, 7,5 % (intervalle de confiance IC : 2,17-12,9) des urines recueillies par poche étaient faussement positives, 29 % faussement négatives. Ces résultats indiquent que pour 77 des 192 enfants (40,1 % IC : 33,2-47) la culture des urines de la poche aurait conduit à un diagnostic faux ou impossible. Seulement 16 cas (8,3 % IC : 4,4-12,2) d’urines recueillies par sonde ont conduit à une culture polybactérienne. Les filles et les nourrissons de moins de 3 mois sont plus représentés dans le groupe diagnostic faux ou impossible avec la poche. Chez 12 enfants qui avaient un syndrome inflammatoire, le diagnostic d’infection urinaire a été porté malgré des résultats négatifs de la culture des urines de la poche. Le taux d’échec du cathétérisme (impossible ou absence d’urines) a été de 7,7 %, sans complications.

A l’inverse de l’Amérique du Nord où le cathétérisme ou la ponction sont recommandés, en Europe ces méthodes sont beaucoup moins utilisées. Cette étude confirme le manque de fiabilité des poches pour le diagnostic d’infection urinaire.

Pr Jean-Jacques Baudon