Un simple test sanguin améliore le dépistage du cancer de l’ovaire
Publié par Administrateur le Septembre 07 2008 13:16:09
SEATTLE – Selon les nouvelles conclusions de chercheurs au Fred Hutchinson Cancer Research Center publiées dans l’édition en ligne de CANCER, les rapports de femmes sur les symptômes persistants et récemment apparus liés au cancer de l’ovaire – douleurs abdominales ou pelviennes, difficultés à manger ou le gonflement rapide et ballonnement abdominal – combinés au test sanguin CA125 pourrait améliorer la détection précoce du cancer de l’ovaire de 20%. +Info
Nouvelles étendues
SEATTLE – Selon les nouvelles conclusions de chercheurs au Fred Hutchinson Cancer Research Center publiées dans l’édition en ligne de CANCER, les rapports de femmes sur les symptômes persistants et récemment apparus liés au cancer de l’ovaire – douleurs abdominales ou pelviennes, difficultés à manger ou le gonflement rapide et ballonnement abdominal – combinés au test sanguin CA125 pourrait améliorer la détection précoce du cancer de l’ovaire de 20%.

La recherche a constaté que lorsqu’utilisés à part, un simple questionnaire de dépistage de symptômes à quatre questions et le test sanguin du cancer de l’ovaire CA125 détectent chacun près de 60% des femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire en premières phases et 80% de celles souffrant des phases avancées de la maladie. Cette étude a observé que, lorsqu’utilisés ensemble, le questionnaire et le test sanguin pourraient augmenter les taux de détection des phases précoces à plus de 80% et celles des phases avancées à plus de 95%.

« Evidemment, c’est l’augmentation de la détection de la maladie en phase première qui est la plus intéressante, » indiqua l’auteur principal M. Robyn Andersen, Docteur en Médecine, membre associé de la Public Health Sciences Division au Hutchinson Center. Les taux de guérison pour les femmes diagnostiquées, lorsque la maladie est limitée à l’ovaire, est approximativement de 70 à 90%. Toutefois, plus de 70% des femmes souffrant d’un cancer de l’ovaire sont diagnostiquées de la maladie à phase avancée, où le taux de survie n’est que de 20 à 30%.

« La recherche indique que si une femme présente un ou plusieurs symptômes nouveaux pour elle, s’étant manifestés au cours de l’année précédente, et si les symptômes apparaissent presque quotidiennement ou 12 fois par mois au moins, cela veut dire qu’il faudrait consulter et discuter avec un médecin, » explique Andersen. « Cela ne sera probablement pas un cancer de l’ovaire, tel que les grosseurs mammaires ne sont pas un cancer du sein, mais ils représentent toujours un signe valant la peine d’être examiné par le médecin afin d’évaluer si le test sanguin CA125 et l’échographie transvaginale sont de mise. »

L’évaluation des symptômes inclue dans l’index du dépistage des symptômes pourrait déjà être effectuée par certains médecins, en se fondant sur un communiqué consensuel émis l’année dernière par les National Institutes of Health. Les chercheurs espèrent que leur index de symptômes aidera les médecins à savoir lesquelles parmi leurs patientes qui se plaignent de symptômes telles que le ballonnement abdominal et les douleurs pelviennes pourraient être atteintes d’un cancer.

L’index de dépistage des symptômes, développé en 2006 par le co-auteur de l’étude Docteur Barbara A. Goff, Professeur et Directrice de Gynecologic Oncology à l’University of Washington School of Medicine, n’est pas utilisé proactivement dans la pratique clinique générale, mais Andersen et ses collègues effectuent une étude pilote afin d’estimer sa valeur entant qu’outil de dépistage parmi les femmes à risque normal, comme partie de l’évaluation routinière de leurs antécédents médicaux.

Source: Fred Hutchinson Cancer Research Center