Une bonne hygiène de vie est bénéfique pour toute la vie !
Publié par Rosette le Août 19 2009 17:04:40
Au sein de la population générale, un sujet sur cinq au début de la quarantaine a une chance sur cinq de développer une insuffisance cardiaque au cours des années...

Nouvelles étendues

Au sein de la population générale, un sujet sur cinq au début de la quarantaine a une chance sur cinq de développer une insuffisance cardiaque au cours des années qui lui restent à vivre, ce qui n’est pas rien. Quel pourrait être l’impact de la correction des facteurs de risque modifiables sur cette sombre perspective ? Il existe très peu de données sur ce thème.

Une étude de cohorte prospective a inclus 20 900 médecins de sexe masculin, âgés en moyenne de 53,6 ans à l’état basal, qui participaient à la Physician’s Health Study (1982-2008). Tous ces sujets étaient en bonne santé apparente. Six facteurs de risque modifiables ont été pris en compte : poids corporel, tabagisme, exercice, consommation d’alcool, apports en céréales lors du petit déjeuner et consommation de fruits et/ou légumes.

Au cours d’un suivi moyen de longue durée (22,4 années), une insuffisance cardiaque est survenue chez 1 200 participants. Le risque global de développer une insuffisance cardiaque après 40 ans a pu être ainsi estimé à 13,8 % (intervalle de confiance à 95 % 12,9 %-14,7 %). Il restait identique pour ceux parvenus à l’âge de 70 ans sans avoir présenté de signe d’insuffisance cardiaque mais diminuait à 10,6 % à l’âge de 80 ans.

Le risque en question s’est avéré plus élevé en cas d’hypertension artérielle essentielle. Une hygiène de vie assez stricte (poids normal, pas de tabagisme chronique, exercice physique régulier, consommation modérée d’alcool, apports conséquents en céréales, mais aussi en fruits ou en céréales) a été étroitement associée à une diminution du risque d’insuffisance cardiaque à l’échelle de la vie entière. Chez les participants qui n’ont respecté aucune des règles précédentes, le risque a été estimée à 21,2 %, versus 10,1 % chez ceux qui ont pris soin de respecter au moins quatre d’entre elles.

A en juger par les résultats de cette étude de cohorte prospective de grande envergure, les sujets de sexe masculin (âge > 40 ans) pourraient diminuer le risque d’insuffisance cardiaque dans les années qu’il leur reste à vivre, en se soumettant à des règles hygiéno-diététiques simples. Ces six commandements de base sont la réponse à autant de facteurs de risque modifiables. Il semble que le jeu en vaille la chandelle…

Dr John Sorri

Djoussé Luc et coll. Relation between lifestyle factors and lifetime risk of heart failure. JAMA 2009: 302: 394-400.