Pas de lien clair entre le statut hormonal et l’arthrose chez la femme
Publié par Rosette le Septembre 25 2009 17:04:41
Le poids de la maladie arthrosique s’accentue sensiblement chez les femmes à partir de 50 ans. Or, c’est aussi à cet âge qu’apparaissent les troubles climatériques liés à la ménopause....

Nouvelles étendues

Le poids de la maladie arthrosique s’accentue sensiblement chez les femmes à partir de 50 ans. Or, c’est aussi à cet âge qu’apparaissent les troubles climatériques liés à la ménopause. La simultanéité de ces deux phénomènes suggère un lien entre ceux-ci.

Cette revue de la littérature s’est donnée comme but de préciser l’influence du statut hormonal de la femme sur la maladie arthrosique.
Les sources de données utilisées ont été MEDLINE et EMBASE.

Toutes les études ayant trait à la relation entre l’arthrose (genou, hanche et mains) et le statut hormonal féminin (âge aux premières règles, durée de la période de fertilité, taux des hormones endogènes, âge à la ménopause, mode d’entrée en ménopause : naturelle ou chirurgicale, et nombre d’années écoulées depuis la ménopause) ont été sélectionnées. La qualité méthodologique de ces travaux a été systématiquement contrôlée. Cet article résume l’ensemble des résultats obtenus et les classent en 6 catégories selon le niveau de preuve : haut ; modéré ; limité ; contradictoire ; insuffisant ; absent.

Seize études ont été répertoriées. Globalement, les auteurs ne relèvent pas d’influence flagrante entre l’évolution de la maladie arthrosique féminine et le statut hormonal, toutefois, certaines constatations méritent d’être soulignées.

Avec un niveau de preuve « contradictoire » on constate un lien entre :

- l’âge des premières règles d’une part et la survenue de nodosités d’Heberden et l’arthrose digitale radiologique d’autre part
- le nombre d’années écoulée depuis la ménopause et la gonarthrose radiologique
- l’ovariectomie et la coxarthrose.

Un risque accru a été noté (niveau de preuve « limité ») :

- pour l’arthrose radiologique au genou lorsque le taux d’estradiol est bas durant le début de la phase folliculaire
- pour la mise en place d’une prothèse totale de hanche lorsque les premières règles surviennent avant 11 ans
- pour la présence de nodosités d’Heberden chez les femmes en période postménopausique d’une part et en nombre d’années écoulées depuis la ménopause d’autre part.

Un effet protecteur a été observé (niveau de preuve « limité ») pour la mise en place de prothèse totales du genou lorsque l’âge de la ménopause se situe après 52 ans.
Finalement, cette revue ne permet pas d’établir un lien clair entre l’arthrose et le statut hormonal féminin. D’autres facteurs, qui restent à identifier, expliquent peut être l’incidence accrue de la maladie arthrosique chez la femme après 50 ans.


Dr Cécile Borget

De Klerk BM et coll. : No clear association between female hormonal aspects and osteoarthritis of the hand, hip and knee : a systematic review. Rheumatology (Oxford). 2009 ;48 : 1160-5.