Les pharmaciens se plaignent des médicaments périmés
Publié par La Pharmacienne le Avril 22 2010 10:46:29
Les pharmaciens d'officine de Constantine et les responsables des bureaux du Syndicat national des pharmacies d'officine (SNAPO) des wilayas de Constantine, Mila, Batna, Sétif, Jijel, Annaba et Oum-El-Bouaghi se réuniront samedi prochain, au complexe El-Mizania de la cité Boussouf de Constantine, à l'occasion de la tenue de la 7e journée pharmaceutique, à laquelle participeront, pour l'occasion, des responsables de l'environnement de la wilaya...

Nouvelles étendues
Les pharmaciens d'officine de Constantine et les responsables des bureaux du Syndicat national des pharmacies d'officine (SNAPO) des wilayas de Constantine, Mila, Batna, Sétif, Jijel, Annaba et Oum-El-Bouaghi se réuniront samedi prochain, au complexe El-Mizania de la cité Boussouf de Constantine, à l'occasion de la tenue de la 7e journée pharmaceutique, à laquelle participeront, pour l'occasion, des responsables de l'environnement de la wilaya.


Au menu de cette rencontre, deux conférences scientifiques, dont la première sera présentée par le professeur Olivier Bourdon, maître de stage dans une université parisienne, qui traitera des interactions médicamenteuses, et la seconde par le professeur Derrouiche de l'Institut de pharmacie de l'université de Constantine qui traitera, lui, de la prise en charge de la douleur à l'officine.


Une troisième communication, non moins importante, est prévue pour traiter du problème crucial de l'incinération des médicaments périmés qui sera examiné et discuté avec la participation des responsables de la direction de l'environnement et des responsables d'associations du secteur, sachant que Constantine ne dispose pas d'incinérateur pour brûler, suivant les normes environnementales édictées par la loi, les produits médicaux périmés.


Questionné à ce sujet, M. Bouherid, secrétaire général du bureau de wilaya du Snapo de Constantine, organisateur de l'événement, dira que depuis la promulgation de la loi n°01 de 2003 sur l'environnement, le problème de l'incinération des médicaments périmés se pose avec acuité pour les pharmaciens d'officine qui croulent aujourd'hui sous le poids des médicaments périmés et les problèmes d'emmagasinage qu'ils posent, parce que ces derniers ne peuvent plus les brûler dans les décharges publiques, étant donné que cette méthode est formellement prohibée par la nouvelle loi.


«Aussi, espère M. Bouherid, en comptant sur la collaboration des responsables de l'environnement, nous voulons sortir de cette 7e journée pharmaceutique avec une feuille de route qui comportera des solutions immédiates à ce problème qui nous préoccupe tellement. Nous avons appris, signale notre interlocuteur, qu'un incinérateur vient d'être installé par un privé dans la localité de Didouche Mourad. Nous espérons que celui-ci pourra répondre à nos besoins dans l'immédiat».


Le Quotidien d'Oran