Anxiété, hypocondrie et eczéma : une liaison compliquée
Publié par La Pharmacienne le Mai 12 2010 00:39:16
La relation entre l’eczéma et l’anxiété ou la dépression est un grand classique de la dermatologie, sans que l’on sache très bien ce qui unit ces différentes pathologies. Plusieurs hypothèses ont bien sûr été avancées, mais le plus souvent sur des bases empiriques qui n’ont pas pu être validées.


Une équipe norvégienne en fait à nouveau un sujet d’étude, et tente de démontrer la relation qui peut exister entre l’eczéma et l’anxiété et/ou la dépression et s’intéresse, au passage, à l’hypothèse, elle aussi souvent avancée, d’un lien avec une baisse des acides gras oméga-3, avec le genre féminin, l’hypocondrie et la somatisation. L’intérêt particulier de cette étude est de faire appel à un effectif important, puisque 15 715 patients ont été inclus. Parmi eux 36 % rapportaient au moins un épisode d’eczéma, des mains pour 20,2 %, du corps pour 19,8 % ou du visage pour 9,2 %. L’eczéma des mains et du visage étaient plus fréquents chez la femme que chez l’homme alors que l’eczéma du corps était réparti équitablement.


Des questionnaires ont évalué l’état psychologique des patients, et 12,9 % d’entre eux pouvaient être considérés comme anxieux, 4,2 % dépressifs et 7,2 % à la fois anxieux et dépressifs. C’est l’eczéma du visage qui est apparu le plus influencé par l’état anxio-dépressif. Mais le fait le plus intéressant est que la somatisation et l’hypochondrie interviennent pour moitié dans l’anxiété et la dépression retrouvées associées à de l’eczéma. En revanche on ne retrouve aucune relation significative entre le taux d’acides gras oméga-3 et les manifestations anxio-dépressives associées à l’eczéma, de même que le sexe féminin ne semble pas non plus être un facteur favorisant.


Il n’est pas exclu bien sûr que dépression, anxiété, hypochondrie et somatisation soient des conséquences de la souffrance provoquée par l’eczéma. Mais l’hypothèse d’un facteur commun à toutes ces manifestations semble avoir la préférence des auteurs. Ils rappellent à ce propos les travaux de Koblenzer pour qui l’origine commune de la peau et du système nerveux central à partir de l’ectoderme embryonnaire pourrait expliquer les liens existant entre peau, facteurs émotionnels et système nerveux central.



Dr Roseline Péluchon, JIM

Klokk M et coll.: Factors accounting for the association between anxiety and depression, and eczema: the Hordaland health study (HUSK). BMC Dermatology 2010, 10:3 doi:10.1186/1471-5945-10-3