Maladie de Sjögren : Ce que nous apprend l’atteinte articulaire
Publié par La Pharmacienne le Juin 25 2010 03:01:25
Des manifestations articulaires surviennent dans 30 à 60 % des cas de Maladie de Sjögren primitives (pSS).


Des auteurs français ont cherché à préciser les particularités cliniques, thérapeutiques, et évolutives des pSS comportant une atteinte rhumatismale et ont pour cela mené une enquête de cohorte au sein de deux établissements hospitaliers distincts.


Quatre cent dix-neuf patients pour lesquels le diagnostic de pSS a été posé ont été sélectionnés chronologiquement (par ordre d’établissement du diagnostic).


Les données cliniques, biologiques et immunologiques ont été collectées afin de pouvoir mesurer l’impact de l’atteinte rhumatismale sur l’évolution de la maladie.


Au total, 188 patients atteints de pSS avec atteinte rhumatismale ont été identifiés (172 femmes et 16 hommes).


Les manifestations articulaires ont précédé le diagnostic pour 32 de ces patients, ont été contemporaines de la reconnaissance de la maladie chez 98 d’entre eux et sont apparues alors que le diagnostic était déjà établi pour tous les autres.


Cliniquement, la polyarthrite était le mode de présentation le plus fréquent des manifestations articulaires.


Au plan thérapeutique, les symptômes articulaires ont été facilement maîtrisés grâce à des thérapeutiques symptomatiques dans 45 cas (24 %).


Des traitements de fond conventionnels ou immunosuppresseurs ont été utilisés chez 133 patients :

- hydroxychloroquine (111)
- corticoïdes (53)
- méthotrexate (12)
- salazopyrine (6)
- azathioprine (3)
- léflunomide, étanercept et allochrysine (1)


Le diagnostic posé initialement (syndrome de Sjögren primitif) a été revu en cours d’évolution pour un patient et modifié en celui de polyarthrite rhumatoïde.


Une analyse statistique a été utilisée pour rechercher parmi les facteurs cliniques et biologiques répertoriés ceux étant associés aux manifestations articulaires : ainsi, les manifestations musculaires, l’atteinte rénale, la neuropathie périphérique, la vascularite cutanée ont été identifiés comme statistiquement associées aux manifestations rhumatismales de la pSS (p < 0,005) ; sur le plan biologique, les mêmes constatations ont été faites pour la positivité du facteur rhumatoïde, la présence d’anticorps anti-SSB et d’une cryoglobulinémie.


Enfin, les auteurs ont noté la fréquence particulière de l’atteinte multi-systémique chez ces patients atteints de rhumatisme lié à la pSS.


Au total, ce travail souligne la fréquence de l’atteinte rhumatismale dans la maladie de Sjögren primitive, relève le caractère bénin habituel de cette atteinte, mais met aussi l’accent sur le fait que cette atteinte articulaire s’associe volontiers à une forme évolutive multi-systémique de l’affection.


JIM