Le «bureau debout» fait des émules
Publié par MedeSpaceNews le Septembre 09 2011 22:56:33
Selon le Wall Street Journal, des salariés de la Silicon Valley plébiscitent ce type de poste de travail. La station assise prolongée est accusée de détériorer la santé des salariés.

Les classiques postes de travail, où l'on se positionne assis devant son écran, seront peut-être bientôt relégués aux oubliettes. Selon le Wall Street Journal , la Silicon Valley s'enthousiasme pour les «bureaux debout». Chez Google ou Facebook, les directions recensent de la part de leurs salariés une demande croissante pour ce type de postes de travail, plus haut placés, qui permettent de travailler sans être assis. Il figure même parmi les mesures du programme «bien-être» de Google. En filigrane, ces salariés fustigent les effets néfastes de la station assise prolongée.

Car selon plusieurs études récentes, dont une réalisée par l'American Cancer Society et publiée en 2010, rester assis au travail impacterait négativement l'espérance de vie. Pour les femmes surtout : être assise plus de six heures par jour accroîtrait de 37% le risque de mourir prématurément. A court terme, le fait de se maintenir assis n'est pas non plus exempt d'inconvénients. «Les muscles du tronc, du cou et des épaules sont alors en position fixe. Le maintien de cette position comprime les vaisseaux sanguins dans les muscles, ce qui nuit à la circulation du sang», constate une étude du centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST).

Conséquences : le rythme cardiaque et le flux sanguin ralentissent, les muscles sont moins bien irrigués. Autant d'effets qui génèrent de la fatigue, et à plus long terme l'apparition de varices. Car paradoxalement, «un travailleur assis toute la journée et qui déploie peu d'efforts physiques se sent souvent fatigué en fin de journée», explique le CCHST. À long terme, les travailleurs qui ont passé la plupart de leur temps assis voient leur forme physique se dégrader : diminution de la capacité cardiaque et pulmonaire, problèmes de digestion… Autant de désagréments fréquemment observés.
Tapis de course


Pour autant, travailler debout ne constitue bien sûr pas la panacée. Car la position verticale prolongée présente autant d'inconvénients, si ce n'est plus, que la position assise prolongée. La clé résiderait plutôt dans une position mixte, dite «assise-debout» (voir photo), qui permet au travailleur de bouger davantage. «Changer régulièrement de posture permet une meilleure circulation du sang, et donc de garder du tonus au quotidien», explique Claudine Steca, expert en aménagement des postes de travail chez Steelcase. «En position debout, les communications informelles avec les collègues sont aussi plus faciles, plus spontanées», constate-t-elle.

En la matière, les pays scandinaves et les Pays-Bas font figure de précurseurs. «Rares sont les postes de travail qui n'y sont pas réglables à différentes hauteurs», précise Claudine Steca. Aux États-Unis aussi, où les salariés sont prompts à convoquer leur employeur devant les tribunaux, les entreprises sont attentives à leur proposer un environnement de travail qui ne nuit pas à leur santé. Pour lutter contre l'obésité, certaines vont même jusqu'à adopter un poste de travail muni d'un tapis de course ! «C'est un phénomène très marginal», nuance Claudine Steca.

En France en revanche, 95% des bureaux demeurent de traditionnels postes fixes. Les entreprises de l'Hexagone ne sont pas encore prêtes à payer davantage - un bureau réglable coûte de 20% à 100% plus cher qu'un poste fixe - pour éviter à leurs salariés les effets néfastes d'une position assise prolongée. «Mais les actifs travailleront à l'avenir plus longtemps. Les entreprises françaises devraient peu à peu s'y mettre», estime Claudine Steca.

Lefigaro.fr