Une pompe cérébrale
Publié par MedeSpacienne le Septembre 05 2014 02:14:57
Les attaques et les lésions cérébrales représentent un formidable défi pour la médecine moderne. Même lorsque le dommage initial n'est pas massif, il peut provoquer un processus de destruction en cascade qui entraîne des dégâts irréversibles au niveau des tissus cérébraux.
Nouvelles étendues
Les attaques et les lésions cérébrales représentent un formidable défi pour la médecine moderne. Même lorsque le dommage initial n'est pas massif, il peut provoquer un processus de destruction en cascade qui entraîne des dégâts irréversibles au niveau des tissus cérébraux. Ceci est causé par le fait qu'au niveau des lésions cérébrales, concernant les attaques et certaines maladies neuro-dégénératives, les cellules endommagées du cerveau libèrent de grandes quantités d'un messager chimique qu'est le glutamate. En temps normal, cette substance joue un rôle dans la transmission des signaux entre les cellules nerveuses du cerveau. Cependant, un excès de glutamate va endommager les cellules nerveuses.


Le Professeur Vivian Teichberg du Département de Neurobiologie de l'Institut Weizmann a développé une nouvelle méthode pour évacuer ce dangereux surplus de glutamate produit au niveau du cerveau à la suite d'un trauma ou d'une attaque. Le tissu cérébral possède des "pompes" particulières qui normalement aspirent le glutamate du cerveau et le transfèrent dans le sang. Teichberg a découvert qu'en diminuant la concentration de glutamate dans le sang grâce à une enzyme appelée GOT, cela entraînait la pompe à fonctionner de façon plus efficace.


Par leurs expériences sur les rats, les chercheurs sont parvenus à prévenir une grande partie des dommages causés au cerveau en utilisant cette approche. Cette méthode entrera bientôt dans la phase des essais cliniques.


Les recherches du Professeur Vivian Teichberg sont soutenues par le centre Nella et Leon Benoziyo pour les neurosciences. Le Professeur Teichberg est titulaire de la chaire de neuropharmacologie Louis et Florence Katz-Cohen.