Prothèse de hanche ou de genou : diagnostic et prise en charge de l'infection dans le mois suivant l’implantation
Publié par Administrateur le Septembre 21 2014 18:00:02
Recommandations HAS : L’objectif de ce travail est d’améliorer la qualité de la prise en charge des patients adultes avec infection sur prothèse de hanche ou de genou dans le mois suivant l’implantation...
Nouvelles étendues
L’objectif de ce travail est d’améliorer la qualité de la prise en charge des patients adultes avec infection sur prothèse de hanche ou de genou dans le mois suivant l’implantation.

Cette recommandation vise à répondre aux questions suivantes :

- repérage et diagnostic de l’infection sur prothèse dans le mois suivant l’implantation
- modalités de prise en charge thérapeutique des patients.





■ L’infection sur prothèse dans le premier mois suivant son implantation est une urgence, elle nécessite une
stratégie de diagnostic et de prise en charge optimale, pluriprofessionnelle comprenant au moins un chirurgien
orthopédiste, un médecin infectiologue et un microbiologiste.

■ L’élément clé est le repérage d’une infection précoce pour toute personne impliquée dans la prise en charge
d’un patient opéré dans le mois précédent y compris le patient et son entourage qui doivent être informés
des principaux signes d’alerte : incidents cicatriciels (persistance ou apparition d’une inflammation locale ;
absence et retard de cicatrisation, désunion, nécrose ; tout écoulement même non purulent) ; réapparition ou
aggravation de la douleur locale postopératoire ; dégradation de la récupération fonctionnelle ; épanchement
douloureux (pour le genou) ; présence de signes généraux (fièvre, frissons).

■ Le diagnostic clinique peut être évident en cas d’écoulement purulent ou d’abcès.

En cas de signes cliniques évocateurs ou de doute, la ponction articulaire en conditions optimales d’asepsie et
d’acheminement des échantillons est essentielle, notamment pour le diagnostic microbiologique.
Dès que le diagnostic est posé avec certitude ou forte suspicion, le traitement devient une urgence médico
chirurgicale.

■ Le traitement chirurgical repose sur la synovectomie par arthrotomie reprenant au minimum la voie d’abord
initiale et emportant tous les tissus macroscopiquement infectés.

Les prélèvements microbiologiques effectués lors d’une ponction et lors de la chirurgie doivent faire l’objet de
conditions préalablement définies et respectées : de prélèvement, de parcours, de traitement, d’analyse et de
conservation.

Documents :

- Reco2clics - Prothèse infectée

- Fiche de synthèse - Prothèse infectée

-