Une efficacité énergétique réduite pourrait stimuler la combustion des calories
Publié par Administrateur le Mars 02 2015 18:34:27

Nouvelles étendues
Le « mode d’économie d’énergie » de l’organisme, un mécanisme apparu lors de l’évolution pour se protéger contre la famine, pourrait être un frein énorme à la perte de poids. Des chercheurs américains ont peut-être trouvé un moyen de contourner ce mécanisme. Les résultats ont été publiés dans la revue « Molecular Therapy ».

L’étude menée par l’équipe de l’Université de l’Iowa s’appuie sur des recherches antérieures, qui ont constaté que la protéine du canal potassique sensible à l’ATP (ATP-sensitive potassium, KATP) est un puissant modulateur de l’efficacité énergétique dans le muscle squelettique. Le mécanisme acquis lors de l’évolution augmente le rendement énergétique du métabolisme humain lorsque l’apport calorique diminue, ce qui freine la perte de poids. Mais jusqu’à présent, l’activité de la protéine KATP ne pouvait pas être modifiée afin de réduire l’efficacité énergétique et brûler davantage de calories sans effets secondaires importants.

Dans leur étude, les chercheurs ont conçu une solution relativement simple. Ils ont créé un composé appelé vivo-morpholino, qui supprime la production de KATP. L’injection de ce composé dans les muscles de la cuisse d’une souris entraîne une perte locale de la protéine, mais sans agir sur cette protéine dans d’autres organes ni même dans les muscles squelettiques voisins. L’étude a montré que les muscles qui avaient reçu l’injection ont brûlé plus de calories que les muscles non traités, sans incidence significative sur la capacité du muscle à tolérer l’effort.

« Si une telle approche ne remplacera pas la nécessité d’une alimentation saine ou la pratique de l’exercice, elle pourrait amorcer le processus de perte de poids en surmontant les obstacles initiaux imposés par notre physiologie économe en énergie », a déclaré la co-auteure, Denice Hodgson-Zingman. Les personnes qui tentent de perdre du poids en tireraient partie dans leurs activités quotidiennes ainsi que dans les activités sportives moins intenses, ce qui est particulièrement important pour les personnes obèses qui ne sont pas en mesure de suivre un entraînement intense.