L’endoscopie systématique est-elle utile dans le suivi des maladies de Crohn du grêle ?
Publié par Administrateur le Avril 06 2015 23:30:39
L'évolution au long cours d'une maladie de Crohn grêlique expose les patients à un risque augmenté d'adénocarcinome du grêle...
Nouvelles étendues

L'évolution au long cours d'une maladie de Crohn grêlique expose les patients à un risque augmenté d'adénocarcinome du grêle. Mais, alors que le dépistage systématique endoscopique de la dysplasie et du cancer colorectal est recommandé pour les patients atteints de maladie de Crohn colique, l'intérêt d'un tel dépistage n'est pas établi pour la localisation grêlique.

Les résultats d'une étude de cohorte multicentrique, prospective et interventionnelle, apportent d'intéressants éléments de réponse sur cette question.





Ont été inclus 103 patients atteints de maladie de Crohn à localisation grêlique, évoluant depuis plus de 10 ans et avec des lésions en place connues et un examen d'imagerie datant de moins de 24 mois. L'endoscopie était réalisée par voie haute (n = 7, longueur moyenne explorée 40 cm) ou basse (n = 90, longueur moyenne explorée 25,5 cm) selon la localisation des lésions. Pour 4 patients, l'endoscopie était menée par double abord (longueur explorée 40,2 cm). Des biopsies étaient réalisées de manière systématique, à raison de 4 par segment de 20 cm. Pour 41 patients (39 %), l'endoscopie était incomplète : sténose du grêle (n = 31), préparation insuffisante (n = 3), problème technique (n = 2) ou autre (n = 5).

Seulement 2 lésions dysplasiques indéterminées ont été repérées chez 2 patients (2 %). L'un devait être opéré en raison d'une sténose symptomatique et l'examen de la pièce opératoire a révélé un adénocarcinome indifférencié T4N0. L'autre patient a bénéficié d'une surveillance qui, après 36 mois, n'a pas révélé d'adénocarcinome.

Pour juger de l'intérêt du dépistage systématique réalisé sur cette cohorte, il est utile de s'attarder sur des informations complémentaires fournies par le suivi. Quatre autres patients en effet devaient subir une résection chirurgicale, motivée par une sténose symptomatique du grêle. Parmi eux, 2 présentaient un adénocarcinome (T3N0M0 et T4N0M1), qui, dans les 2 cas, était situé sur le versant inaccessible de la sténose, portant à 4 % la prévalence de la dysplasie ou du cancer dans cette cohorte.

Dans cette population de patients avec une maladie de Crohn à haut risque d'adénocarcinome du grêle, l'endoscopie (optimale dans 61 % des cas) n'a donc permis de dépister qu'un seul cas d'adénocarcinome sur les 3 présents dans la cohorte. Si aucune complication n'est à signaler, elle ne peut toutefois être recommandée à titre systématique chez ces patients. Cette étude souligne en revanche qu'une sténose ancienne et symptomatique peut être associée à un adénocarcinome.


Références

Simon M et coll.: Etude multicentrique prospective interventionnelle sur le dépistage endoscopique de la dysplasie et de l’adénocarcinome de l’intestin grêle dans la maladie de Crohn, chez des patients à risque élevé (Etude DYDJI). Journées Francophones d’Hépato-gastroentérologie et d’Oncologie Digestive- JFOHD - (Paris): 19-22 mars 2015.