Attention au Vicks VapoRub
Publié par La Pharmacienne le Janvier 19 2009 20:39:04
Au lieu d'aider la respiration, le Vicks VapoRub pourrait en fait lui nuire lorsqu'il est employé sous ou dans les narines de très jeunes enfants, indique une étude...

Nouvelles étendues





Au lieu d'aider la respiration, le Vicks VapoRub pourrait en fait lui nuire lorsqu'il est employé sous ou dans les narines de très jeunes enfants, indique une étude.

Selon les auteurs de la recherche, qui paraît ce mardi dans la revue Chest, ce classique de la saison du rhume et de la grippe ne devrait pas être utilisé pour des enfants de moins de deux ans, et ne devrait pas être appliqué dans ou sous le nez d'enfants plus vieux ou même d'adultes.

Des expériences effectuées sur des furets semblent indiquer que ce composé accroît la production de mucus, ce qui pourrait engorger les minuscules voies respiratoires de jeunes enfants, disent les chercheurs.

«D'autres choses peuvent être faites pour aider les malades», affirme l'auteur, le docteur Bruce Rubin, expert en pédiatrie de la Caroline du Nord.

Selon le Dr Rubin, qui est originaire d'Alberta, bien que le Vicks VapoRub et d'autres pommades aromatiques inhalées donnent au malade l'impression de se sentir mieux, en créant la sensation d'une plus grande ouverture des voies respiratoires, ils n'améliorent pas réellement la circulation de l'air. «Parce que cela ne règle pas le problème sous-jacent et que cela peut l'aggraver, comme nous l'avons démontré, particulièrement chez les enfants en bas âge dont les voies respiratoires, déjà petites, sont en plus congestionnées par des virus ou autres, il faut être prudent», souligne-t-il.

Le fabricant des produits Vicks, Procter & Gamble, recommande que le baume ne soit pas appliqué sous ou dans les narines. Sur le site Internet officiel de VapoRub, on mentionne que le produit ne devrait pas être employé pour des enfants de moins de deux ans. Cependant, un porte-parole de la société, David Bernens, mentionne que les parents qui souhaitent l'utiliser pour un enfant de moins de deux ans devraient d'abord consulter un médecin.

Néanmoins, l'entreprise remet en question les conclusions de l'étude, en assurant n'avoir jamais reçu de rapport de détresse respiratoire chez des enfants traités avec VapoRub. M. Bernens dit que P&G reçoit en moyenne trois plaintes pour effets indésirables pour chaque million d'unités de VapoRub vendues, et qu'il s'agit en général de réactions cutanées localisées.

Un toxicologue de Toronto exprime lui aussi des réserves au sujet de l'étude, affirmant que celle-ci, entreprise à la suite d'un incident de détresse respiratoire chez un bébé auquel ses grands-parents avaient appliqué du VapoRub sur les narines, ne prouve pas que le problème de l'enfant a été déclenché par VapoRub. Ce qui n'empêche pas le docteur Gideon Koren de s'interroger sur l'utilité de cet onguent couramment utilisé, puisqu'il n'existe aucune preuve scientifique qu'il fonctionne réellement.

Le Dr Rubin partage ce point de vue, soulignant que le produit n'accélère pas la guérison et n'améliore pas non plus le flot de l'air dans les voies respiratoires.

M. Bernens a contesté ces points de vue, en citant des études publiées ou présentées dans le cadre de colloques tenus au cours des années 1960 et 1970.