VIE PROFESSIONELLE : Publication des tarfis sur Internet
Publié par TheDentist le Février 26 2009 23:28:52
Dr Gilbert Lagier-Bertrand, président du conseil de l'ordre des chirurgiens-dentistes des Hautes-Alpes, a réagit suite à un article paru dans les colonnes du "Daupiné"...

Nouvelles étendues

Dr Gilbert Lagier-Bertrand, président du conseil de l'ordre des chirurgiens-dentistes des Hautes-Alpes, a réagit suite à un article paru dans les colonnes du "Daupiné" (article du 12 Janvier 2009) sur l'éventuelle publication des tarifs des dentistes sur Internet.

"Résumer à de simples fourchettes comparatives de prix, type concurrence du moins disant, les tarifs des actes prothétiques nous semble tendancieusement réducteur et ne peut qu'apporter la confusion et l'incompréhension". Gilbert Lagier-Bertrand poursuit en précisant que "le coût de la prothèse est un ensemble combiné de compétences et de prises en considération". Le président de l'ordre réagit ensuite aux propos de Pascal Lissy, président de la CPAM : "Quand je lis à regret, M. Lissy justifier cet affichage sur Internet en disant : "C'est une garantie pour les patients dans un contexte de fortes dérives de dépassement d'honoraires", je me dis quel partenaire particulier, nos aînés avaient pour habitude de dire face à de tels dénigrements : "Que chacun balaye déjà devant sa porte". À Mme Bontemps, directrice adjointe de la CPAM qui explique que "les seuls retours négatifs viennent des chirurgiens-dentistes", il réplique : "Encore heureux qu'ils aient cette capacité de réaction, car cette présentation partielle et partiale sur Internet n'améliore en rien l'information de nos patients et encore moins leur prise en charge par les caisses".

Gilbert Lagier-Bertrand conclut: "Le lieu où l'on recueille le plus de renseignements sur notre état de santé bucco-dentaire ce n'est pas l'écran d'ordinateur, c'est le cabinet dentaire. Les confrères informent précisément sur les plans de traitement les mieux adaptés à chaque cas et procurent les prévisionnels d'honoraires correspondants, ce qui contribue au consentement éclairé, qu'un simple écart de chiffres sans signification aucune ne peut satisfaire".