Maghnia: Les médecins parlent éthique
Publié par hammar le Mars 01 2009 23:01:41
Une centaine de praticiens et d'universitaires de la corporation médicale a pris part en fin de semaine écoulée à une journée thématique qui a été initiée par la direction de l'établissement public...

Nouvelles étendues

Une centaine de praticiens et d'universitaires de la corporation médicale a pris part en fin de semaine écoulée à une journée thématique qui a été initiée par la direction de l'établissement public hospitalier local et la cellule de la formation continue en large collaboration avec le conseil régional de l'ordre.

Lors de cette journée, dont le thème tournait autour de la déontologie et de la responsabilité médicale en milieu hospitalier, plusieurs communications ont été présentées et suivies de débats dans une ambiance des plus enthousiastes. Des expériences ont été ainsi échangées au sujet de la responsabilité du médecin, de la place des documents médicaux dans la profession et de la formation continue. «Sur les 7 années de formation médicale, un module de 3 semaines uniquement est réservé au droit médical, à l'éthique et à la déontologie» a tenu à souligner le Pr. Oussadit, outré lors de sa communication, qui estime que le temps alloué n'est pas en rapport avec l'importance du sujet et que le module doit être plus consistant et s'étaler sur tout le cursus. C'est dire l'importance de la formation continue, autre volet intéressant, abordé par le Dr. Sari Chaabane dans son excellente communication et dans laquelle il a mis en exergue l'utilité de la formation et du perfectionnement sans omettre d'aborder également la moralisation de la profession.

A noter que ce dernier communicant est le président nouvellement élu du conseil régional de l'ordre lequel englobe les wilayas de Tlemcen, Saïda, Témouchent et Sidi Bel Abbès et qui a joué un rôle prépondérant dans l'organisation de cette journée. Dans un autre chapitre, on a évoqué la prise en charge médicale et médico-légale des victimes de violences sexuelles. Les statistiques des tentatives de suicide ont été également abordées et discutées. L'intervention des magistrats, présents également à cette journée, a été des plus bénéfiques pour l'assistance. En marge de la journée, une discussion autour de l'erreur médicale avait été abordée par le président régional du conseil de l'ordre des médecins, le Dr. Chaabane Sari, qui a rappelé que le médecin, qui subit souvent l'aléa médical, n'est jamais à l'abri d'une erreur.

Dans ce cadre, rappelle-t-il, il est de l'intérêt des personnes se sentant victime d'une quelconque erreur médicale de se rapprocher du conseil de l'ordre au lieu d'avoir sytématiquement recours à la justice ce qui n'est pas sans laisser des séquelles parfois irréversibles sur le médecin dans le cas où son innocence est déclarée. Il explique ainsi que le conseil de l'ordre est capable d'opérer l'expertise, de mener l'enquête et même de présenter le médecin à la justice en se constituant partie civile si l'erreur est prouvée et lui retire l'autorisation d'exercer dans ce cas.

Cette journée, qui dénote la maturité de l'établissement public hospitalier qui connaît une évolution palpable, a été donc marquée par une assistance nombreuse et vivement intéressée, par la qualité des interventions ainsi que par la présence d'émminentes personnalités médicales venues de Tlemcen, de Saïda et d'Oran. Cette rencontre a été rehaussée par leur présence et leurs interventions.

le quotidien d'oran