Généralités
Publié par TheDentist le Octobre 12 2008 17:28:36
I Généralités :

“L'orthopédie dento-faciale” est une spécialité de la chirurgie dentaire encore appelée “Orthodontie”

Elle a pour but de repérer, de prévenir, de corriger les malpositions dentaires et les anomalies bucco-faciales, de ce fait elle contribue à améliorer l'apparence et particulièrement la santé bucco-dentaire.

En effet les chevauchements dentaires gênent le brossage et favorise ainsi la carie, les maladies parodontales.

• Ils peuvent entraîner des troubles occlusaux avec abrasions dentaires,

• des troubles musculaires sous forme de maux de tête,

• ou limitation de l'ouverture buccale

• Il peuvent aussi être à l'origine de douleurs et craquement de l'articulation temporo-mandibulaire.

Ainsi les principaux motifs de consultation restent les malpositions dentaires

• dues au manque de place; la mâchoire étant petite par rapport à la taille des dents;

• ou encore les dents en version antérieur trop apparentes, inesthétique.

Cela peut être héréditaire ou le résultat d'un décalage entre les bases osseuses maxillaire et mandibulaire ou enfin en rapport avec une succion prolongée du pouce.

Il est évident que les anomalies sont nombreuses mais inconnues du consultant, seul l'orthodentiste pourra les déceler et fixer l'âge idéal d'intervention car le traitement dépend évidemment du type de problème à corriger

Bien qu'une grande partie des traitements d'orthodentie commence à l'âge de 10 ou 11ans, une consultations vers 6-7ans s'impose, elle permet d'éviter les complications d'anomalies mineures.

Nous remarquons ainsi que l'orthopédie dento-facial ou orthodentie a pour principal caractéristique de s'appliquer à des enfants donc à des sujets en pleine croissance

Bien que nos traitement aujourd'hui s'étendent aussi à l'adulte mais souvent avec le concours d'autre spécialités de la chirurgie dentaire telle la prothèse ou la chirurgie buccal...

De ce fait la croissance et la connaissance de ces mécanismes sont essentielles pour la compréhension des principes de base de cette spécialité,

Ils figurent dans nos programmes pédagogiques initiaux et préparent l'étudiant aux programmes suivants

• Nous définissons aujourd'hui la croissance comme le phénomène essentiel qui contribue à l'augmentation de la taille, du poids et du volume du sujet.

• À ne pas confondre avec le développement qui, lui comprend tous les mécanismes et phénomènes induisant la maturation.

Nous nous devons donc dans notre démarche thérapeutique tenir compte de l'ensemble des changements de la face à venir; puisque dès lors que nous établissons un diagnostic, il faut savoir qu'il pourra être faussé dans un avenir proche par la croissance

II Évolution :

La littérature abonde des théories énoncées sur la croissance et une évolution certaine est à noter à ce propos:

• le premier travail scientifique concernant la croissance corporelle mentionné dans la littérature est celui de Philibert de Montbeillard qui a mesuré son fils de la naissance à l'âge de 18 ans (1759-1777)

• Roux (1885) et Wolf (1892) affirmaient que la fonction faisait l'organe. En modifiant la fonction on modifiait la croissance.

Aussi Angle, en rapport avec cette théorie, disait que l'occlusion normale était la condition suffisante pour avoir une croissance normale

• Puis les travaux de Broadbent (1937) Brodie (1940) montraient que les principaux plans de la face se déplacaient parallèlement à eux même et les angles qu'ils formaient avec la base du crane restaient constants.

La croissance faciale était "Homothétique".

Cette théorie signifiait que la face se développait suivant un schéma préétabli sans déviation aucune.

• Tweed, a son tour, adapta le volume du système dentaire aux dimensions du maxillaire.

Il introduisait alors les extractions, dentaires ayant lui même constaté une récidive de tous les cas traités sans extraction.

Cette conception "rayonnée" du développement facial est aujourd'hui abandonnée.

• Travaux de Bjork

Les observations de Byork sur des sujets entre 4 et 20 ans par le biais d'implants fixés et laissés à demeure montrent que les plans faciaux suivent plutôt un trajet courbe... et qu'il serait erroné de vouloir enfermer l'enfant dans un shéma évolutif précis même si cela permet l'établissement d'un programme thérapeutique type.
Byork a montré donc que la croissance est un phénemène qui varie dans l'espace, c'est a dire ayant une direction, et qui varie dans le temps c'est a dire que proportions de la face et rapport des bases maxillaires entre elles accusent un changement.

Les variations individuelles sont alors décrites et des progrès réels nous ont permis de définir la croissance comme un phénomène irrégulier, donc avec un rythme particulier, plus ou moins important dans le temps avec une quantité ou taux de croissance par âge à définir et enfin phénomène ayant une direction variable qui nécessite une évaluation.

Il est actuellement possible d'envisager ces variations individuelles en tenant compte des facteurs biologiques du sujet.

Il sera important de retenir que la croissance de la calotte crânienne suit la courbe du système nerveux alors que le viscéro-crânium ou complexe naso-maxillaire suit la courbe de croissance générale.

Les deux unités calôtte crânienne et viscéro-cranium sont séparés par la base du crâne.

L'âge de 5 a 7 ans, le neurocrânium aura atteint 90% de la taille adulte alors que le viscérocrânium n'aura atteint que 40%.

De nombreux auteurs Byork Burstone... ont montré que le taux de croissance faciale suivait fidèlement dans l'ensemble les variations du taux de croissance staturale.

• La connaissance de ce dernier est importante en orthodontie.

Nous remarquons que la croissance corporelle générale continue d'une façon uniforme ou linéaire pour les garçons et les filles pour la période de 3 à 9 ans environ.

Le moment de croissance pubertaire se situe pour les garçons entre 13 et 15 ans alors que pour les filles il est avancé de 2 ans environ, il est moins prononcé et dure plutôt un an et demi par rapport aux deux ans chez les garçons.

En terme de croissance nous notons une différence entre les sexes sur le plan poids ainsi:

• pour les garçons 10 centimètres et 10 kilos pendant la période du pic de croissance de 2ans.

• Pour les filles 8 centimètres et 8 a 12 kilos pour les 2 ans.

Il est bien connu que garçons et filles sont environ de la même taille jusqu'a l'âge de 10 ans.

À partir de là, les filles commencent a dépasser les garçons mais ces derniers rattraperont ce retard 2ans plus tard et dépasseront à leur tour les filles.

La différence de taille adulte entre homme et femme n'est pas le résultat d'un pic de croissance pubertaire beaucoup plus important chez les garçons, mais est dûe au fait que ce dernier commence deux ans plus tard.

Durant ces 2 ans supplémentaires, les garçons peuvent ajouter 5 centimètres par an environ, ce qui dans leur taille finale leur donnera les 10 centimètres en plus que l'on rencontre entre homme et femme.

Ainsi c'est au moment de la puberté que le maximum de croissance a lieu, que les directions se précisent et s'accentuent, évidemment sur le plan thérapeutique il est très utile de pouvoir préciser la date du maximum de croissance.

Ces renseignements vont guider le thérapeute vers un procédé ou un autre utilisant ou contrecarrant ces données notamment pendant la puberté.

Notons encore, qu'un schéma évolutif précis chez l'enfant est erroné et qu'il est possible d'étudier toutes les variations individuelles par l'étude de probabilité de croissance appelée : "Prévision de croissance".

C'est une projection dans un avenir proche de devenir au sujet utilisant les méthodes d'analyses céphalométriques et les méthodes d'évaluation et de prévisions décrites par Tweed et Ricketts...

Le praticien peut dessiner le profil osseux et mou du sujet tel qu'il le prévoit 2 ou 3 ans plus tard.

Ceci représente un réel progrès dans notre pratique quotidienne même si l'imprécision demeure et ce malgré l'avènement du computer.

Entendu que le débat concernant mécanismes et phénomènes de croissance est toujours ouvert; rappelons toutefois que c'est Donald Eniow qui clarifia les différents mécanismes de croissance participants à l'élaboration du squelette facial adulte selon cet auteur sont importants à retenir les mécanismes d'apposition et de résorption osseuse, la croissance suturale, la croissance enchondrale des synchondroses, la croissance condylienne.